Bilan de lecture d’octobre 2015

Le mois de la panne. Peut-être relative, au regard de ce bilan de lecture d’octobre, il reste six romans après tout. Mais c’est deux fois moins de romans lus que le mois précédents et des livres plus courts, en prime. Beaucoup de trajets maison-job sont passés sans une seule ligne lue… et parfois des jours complets, ce qui est rarissime normalement.
Un rythme extrêmement irrégulier, entre rien, un peu et beaucoup, sans qu’une bonne lecture ne me relance… et ça continue.

Bilan des lectures de romans d'octobre 2015Courir après les ombres, Sigolène Vinson (Plon) – Un roman très intéressant, que j’aurais bien du mal à définir. Mondialisation, rapport aux racines et au pays, rapport à l’humain, quête infinie, responsabilité individuelle et collective, capacité à rêver… L’auteur propose un texte à la fois durement réaliste et poétique. Pas forcément très facile d’accès mais une perspective originale sur des sujets importants.

Éloge du carburateur, Essai sur le sens et la valeur du travail, Matthew B. Crawford (La Découverte) – Un essai qu’on m’a gentiment prêté sur un sujet qui me tient à cœur. Car je n’arrive plus à trouver de sens à mon travail de bureau et ai bien du mal à me projeter dans un autre. Cet essai parle beaucoup de travail manuel, de l’évolution de la perception de celui-ci (notamment l’apparition de sa réputation « pour non intellectuels ») ainsi que du travail intellectuel (qui perd son sens avec l’organisation moderne de l’entreprise) et est constitué pour beaucoup de l’expérience de l’auteur, ancien membre de think-tank reconverti en réparateur moto. De quoi débroussailler le sujet, avec des approches tantôt personnelles, tantôt philosophiques, tantôt économiques ou sociologiques. Très intéressant, il m’a donné envie de continuer à creuser.

Au nord du monde, Marcel Theroux (10-18) – C’est le titre que j’associe au début officiel de ma panne de lecture, quand mon rythme s’est mis à ralentir de façon évidente. Pourtant, c’est une chouette histoire, en mode post-apocalyptique. Le personnage central est vraiment intéressant à suivre et l’univers créé est intéressant. L’ambiance froide et rude est très bien transmise.

La Ballade de Pern : La Chanteuse-dragon de Pern, Anne McCaffrey (Pocket) – Que faire en cas de panne ? Sortir la lecture doudou voyons. Vu que j’avais eu un coup de cœur pour le premier roman de cette intégrale qui est aussi le premier de la trilogie des harpistes, j’ai… littéralement dévoré la suite. Quel bonheur de se replonger dans cet univers, auprès de personnages attachants. Et puis les dragons, hu hu hu.

Le Manoir t.1 : Liam et la carte d’éternité, Evelyne Brisou-Pellen (Bayard) – Encore un coup de cœur pour ce roman jeunesse ! Vraiment un chouette récit, fantastique, légèrement inquiétant, parfois drôle et surtout (et évidemment) très bien écrit. L’univers est intrigant, les personnages attachants. Bref, je n’ai qu’une envie : lire les autres romans de la série ! Celui ci a une fin, il peut se lire de manière individuelle sans frustration. Parfait.

Emprunts, ebooks, oublis sur la photo ou autre

Fablehaven t.5 : Keys to the Demon Prison, Brandon Mull (Aladdin) – suite et fin pour cette superbe série de fantasy et d’aventure, qui ne m’aurait jamais déçue (malgré peut être un tome 2 un peu en dessous). Un dernier volume qui enchaîne à toute allure, avec sa magie, ses aspects sombres, son humour… bref tout ce qu’on aime. Un coup de cœur final, avec pas mal d’émotion à la clé et des personnages, anciens ou nouveaux, toujours très chouettes.

12 réflexions au sujet de « Bilan de lecture d’octobre 2015 »

  1. Tu sais déjà que j’ai noté « Pern » grâce à toi, ainsi que « Au nord du monde ». Et « Eloge du carburateur », mon chef n’arrête pas de m’en parler depuis le premier jour où je suis arrivée 🙂 Je n’ai pas encore craqué, car je ne suis pas très friande d’essai et d’analyse en général. Un jour, peut être…

    • Eloge du carburateur n’est pas lourd comme peuvent l’être certains essais, très professoraux et théoriques. Ça coule bien, le mec parle de son expérience, fait des digressions toujours intéressantes. Limite pour moi il n’a pas assez approfondi certains aspects, mais ils méritent des livres à eux tout seuls (comme l’évolution de la perception du travail qu’il soit manuel ou intellectuel). Bon, des fois il parle un peu trop de mécanique quand tu t’en fous, mais ça reste une vraie lecture sympa ^^

    • Tu as là plusieurs chouchous que je t’encourage à découvrir (enfin si tu aimes la litté jeunesse ou les dragons 😛 ). Et non la panne est toujours là, décembre est le pire mois en nombre de livres depuis le début 🙂

    • Evelyne Brisou-Pellen est un valeur sure en littérature jeunesse 🙂
      Et non la panne continue ^^
      Bonnes fêtes à toi aussi 😀

    • C’est simple : pour tenter de sortir de la panne j’ai lu les coups de coeur potentiels, je suis allée à ce qui pouvait me plaire le plus. Pas de mystère. Et inefficace sur le long terme. Heureusement il y a le plaisir court terme, mais je n’ai pas un stock infini dans ce genre.

        • Oui moi aussi normalement. 1 mois et c’est plié. Au pire le mois d’après je lis un peu moins vite mais tout passe sans véritable soucis. Mais là non, on dirait que je m’enfonce dans un nouveau rythme irrégulier où moins de trucs passent et en lisant moins par jour et moins vite en prime. C’est pas très motivant pour le blog, ça fait regretter la PAL et ça pourrit le groove côté achats (hors de question que la PAL remonte). :/

Les commentaires sont fermés.