L’Héritage des rois-passeurs (Manon Fargetton)

L'Héritage des rois-passeurs (Manon Fargetton)

L'Héritage des rois-passeurs

Auteur : Manon Fargetton
Couverture : Marc Simonetti
Editeur : Bragelonne
Date de parution : 04/2015
Pages : 376
Prix : 20€ / 12,99€ ebook sans DRM

Ombre et Rive sont deux mondes-miroirs. Si Rive nous est familier, Ombre est un univers où les dragons règnent dans le sud et les vipères assoiffées de pouvoir rôdent dans la capitale. Seul le Passeur peut faire le lien entre les deux.
Après des siècles d’exil en Rive, un Passeur revient enfin en Ombre, suite à un drame personnel qui lui a tout pris. Bien ignorant des tumultes du Passeur, le pays se prépare à une succession mouvementée : la Reine est mourante et la Princesse Ravenn réapparaît après avoir fui plusieurs années plus tôt. Ce qui n’est pas du goût de tout le monde…

Un monde à la fois familier et inconnu, aux petites originalités bien développées

L’Héritage des rois-passeurs est un roman de fantasy intrigant. Déjà par l’histoire autour d’Ombre et Rive, qui crée une dynamique relativement originale pour un roman du genre et permet de projeter dans un univers de fantasy médiévale des protagonistes qui n’en connaissent pas tous les codes (voire aucun), venant d’un monde sans magie et bien plus technologique.
Cela permet à Manon Fargetton de dévoiler au lecteur les équilibres politiques, magiques, historiques du pays en les faisant découvrir à son Passeur, ignorant tout, et à ses nouveaux amis, au fait de certaines choses qui les amènent à aborder le Passage de manière différente.
Et le lecteur découvre là une grande richesse.

Bien sûr, pour un univers de fantasy de ce genre, L’Héritage des rois-passeurs ne se démarque pas complètement des codes, aussi le lecteur est tout de même en terrain familier.
Mais l’auteur trouve un bel équilibre entre un abord classique et une originalité pleine de fraîcheur. Ainsi, des dieux millénaires se cachent au milieu de leurs prêtres, les magiciens forment une caste redoutable car la magie est difficile à dompter et se réserve à l’élite. Les enjeux politiques sont complexes et déchirent une famille.

Un roman sans grand héros, mais un groupe de héros qui fait l’histoire

Manon Fargetton réitère cet exercice d’équilibriste avec les personnages. Là où il aurait été simple de nous proposer un héros unique, l’auteur préfère mettre en scène tout un groupe d’individus, représentant divers intérêts et amenés à évoluer en parallèle lorsque leurs objectifs concordent, ce qui renforce le réalisme de son intrigue.
Grâce aux divers points de vue, l’univers se dévoile via différents enjeux et le lecteur acquiert une vue plus en profondeur de l’histoire, ne manquant aucun de ses aspects. Si au départ plusieurs trames se jouent de façon assez autonome, il apparaît relativement rapidement que les enjeux se rejoignent et qu’unir certaines forces permettra la survie, l’accès au pouvoir ou l’atteinte d’un autre objectif.

Les personnalités sont bien campées. Si les gentils sont clairement identifiés, ils ne sont pas infaillibles et parfaits, loin de là. Le Passeur est mû par une colère désespérée, un des frangins qui l’accompagne est sujet aux addictions diverses et variées et la joie de vivre de l’autre frôle la naïveté, ce qui le fait tutoyer le danger régulièrement.
La princesse Ravenn se définit par son rôle social, qu’il s’agisse de meneuse de meute tueuse de dragon ou future reine. Elle a les qualités pour survivre dans un nid de vipères et diriger un pays, mais de l’aide lui est indispensable pour pouvoir atteindre ses objectifs, et elle n’hésite pas à faire preuve de violence pour survivre et les atteindre. Elle refuse d’être un modèle de princesse gracieuse et délicate, assumant sa personnalité guerrière.
Les Dieux derrière tout ça n’ont que peu de considérations pour les humains et échafaudent des plans pour servir leurs objectifs, n’hésitant pas à manipuler les destins.

Bref, les protagonistes ont également leurs petites originalités, dans l’intensité de certaines émotions et traits de caractère par exemple.

Une lecture fort sympathique grâce à une écriture maîtrisée et équilibrée

L’Héritage des rois-passeurs est un roman bien construit, qui propose de beaux enchaînements (en terme de style ou d’action), suivant un rythme soutenu mais pas effréné parfaitement adapté au one-shot. Une histoire, une problématique, un tome, pas besoin d’en faire plus et Manon Fargetton s’applique à bien faire ce qu’elle propose.
Le world building ne laisse rien au hasard malgré tout. Très riche en détails historiques, magiques et politiques, il donne envie d’y revenir pour suivre d’autres enjeux. Ce qui tombe bien, car un autre livre devrait paraître dans ce même univers, sans qu’il s’agisse d’une suite pour autant.

Malgré le ton plutôt divertissant de l’œuvre, l’auteur ne fait pas dans la dentelle. Les protagonistes subissent de véritables épreuves et certains ne sont pas certains de s’en relever. La violence est indissociable d’une tentative de prise de pouvoir où plusieurs intérêts s’affrontent, mais chacun s’engage à fond dans cette aventure.
A côté de cela, certains éléments sont vraiment très agréables à découvrir, qu’il s’agisse des dragons ou du système magie, simple à comprendre mais aux implications vraiment bien pensées. Et la joie de vivre de certains apporte une ambiance positive fort plaisante.

L’Héritage des rois-passeurs est un roman de fantasy agréablement surprenant. A la fois lumineux et sombre, voici une sympathique découverte, pour les amateurs du genre comme pour ceux qui voudraient le découvrir, pour les grands ados comme pour les adultes.

8 réflexions au sujet de « L’Héritage des rois-passeurs (Manon Fargetton) »

    • Merci 🙂 Et encore, je n’ai pas bien évoqué les liens intéressants qui se développent entre les personnages 😉

Les commentaires sont fermés.