La Voie des Oracles t.2
(Estelle Faye)

La Voie des Oracles tome 2 : Enoch (Estelle Faye)

La Voie des Oracles

2. Enoch

Auteur : Estelle Faye
Couverture : Aurélien Police
Editeur : Scrinéo
Date de parution : 05/2015
Pages : 332
Prix : 16,90€ / 9,99€ ebook

Accompagnée d’Enoch et Aylus, Thya poursuit sa route dans un monde où elle ne semble plus avoir de place. Mais voilà qu’apparaissent dans ses visions d’étranges figures voilées. Un mystère en vaut bien un autre, et les compères partent sur les traces de cette énigme.
Il faudra compter aussi avec Aedon, qui n’a pas dit son dernier mot. Sa vanité et la rencontre avec une déesse puissante le poussent à traquer sans relâche la jeune oracle, par delà les frontières, les mers et des déserts.

Une suite bien rythmée sur la lancée du premier tome

Ce deuxième volume de La Voie des Oracles, titré du nom de l’ami de Thya, se situe dans une parfaite continuité avec le précédent. Les liens entres les individus continuent d’évoluer au fil du temps et des épreuves, les sentiments aussi. C’est une histoire complexe qui rassemble ces trois-là, qui prend ses racines loin dans le passé et a bien du mal à s’alléger au regard des événements.
Les rebondissements sont en effet nombreux au fil du roman, Thya, Aylus et Enoch connaissent bien peu de répit, pour ne pas dire aucun. Les grands dangers prennent diverses formes, violence des combats, guerre, mais aussi entités fantastiques qui veulent entraver leur route ou la diriger à leur gré, selon des motivations plus ou moins avouables.

Pas le temps de s’ennuyer à la lecture de ce récit qui se déroule sur plusieurs mois. Les ellipses temporelles sont bien gérées et l’intrigue se focalise sur les étapes clés. Le voyage est dur et marque les personnalités, la fatigue s’installe, la méfiance permanente est usante mais nécessaire, les tensions sont inévitables… ainsi que les drames.

Toujours plus de nouveaux décors et d’éléments mythologiques pour notre plus grand plaisir

La mythologie interagit donc comme précédemment avec l’univers historique. Thya occupe moins le devant de la scène, notamment au profit d’Enoch comme on s’en doute, mais aussi celui des vieux dieux. Parmi eux, une figure redoutable est introduite en la personne de la déesse « aidant » Aedon.
Difficile à cerner, égoïste, puissante, elle est réellement dangereuse non seulement pour l’Oracle, mais aussi pour l’équilibre des sociétés connues. Avec son soutien, Aedon devient encore plus redoutable et son influence s’étend, inexorablement. Tout le monde est manipulé à divers degrés, consciemment ou non, volontairement ou non, directement ou indirectement, vers un but mystérieux. Mais tous les joueurs sont-ils prêts à accepter les conséquences ?

De nombreux détails viennent enrichir l’univers créé et mis en scène par Estelle Faye, au niveau mythologique comme géographique. Après un premier tome concentré sur la Gaule, ce volume est synonyme de voyage, en commençant par la proche Germanie, puis vers l’Asie et ses déserts. Thya et ses compagnons sont amenés à intéragir avec les peuples locaux,se mêler de leur politique malgré eux.
Tous ces détails historiques, ces croyances anciennes qui prennent vie, sont fascinants pour le lecteurs. Et l’auteur remonte parfois très loin, fouillant du côté de la civilisation étrusque.
Des éléments rencontrés précédemment refont également leur apparition et se mêlent à ces nouveaux décors comme aux anciens.

Une expérience sympathique qui gagnerait à prendre plus son temps

La lecture est fluide et agréable, le cadre toujours aussi intéressant. Le style d’Estelle Faye est simple et son univers complexe et bien construit, ce qui se marie bien.
On peut regretter cependant un léger manque de subtilité dans les descriptions émotionnelles. En effet, peu de temps est laissé dans le texte aux transitions émotionnelles suite aux épreuves violentes et douloureuses. La douleur est annoncée mais parfois peu ressentie. L’imagination comble sans effort ce qui n’est pas assez appuyé mais avec une aventure aussi intense le roman aurait mérité un peu d’approfondissement.

Ce petit défaut est compensé en partie par l’intérêt pour tous ces personnages, leurs buts parfois communs, leurs méthodes opposées, leur colère et leur peine ou encore leurs espoirs.
Et surtout une fin – quelle fin – qui remet beaucoup de choses en questions et amène beaucoup de questions pour le dernier volume de la trilogie. On veut savoir !

Avec Enoch Estelle Faye continue de construire une trilogie à la personnalité originale. L’aventure, dans la continuité du premier volume, est sans temps mort. La curiosité reste intacte avec la fin de ce volume et il est difficile de conclure autrement : vivement la suite !

8 réflexions au sujet de « La Voie des Oracles t.2
(Estelle Faye)
 »

  1. Ah, voilà une bonne nouvelle 🙂 Rares sont les trilogies dont le tome 2 me parait plus « fort » que l’ouverture et la fermeture (je dois être bizarre).

    • Ah non, les tomes 2 sont souvent un peu mous car dans une continuité trop directe sans gros rebondissement contrairement au démarrage et à la résolution. Ce n’est pas forcément le cas ici, mais je ne l’ai pas trouvé plus fort du tout, juste plus développé en terme d’univers 🙂

  2. Ah oui quelle fin ! Vivement le 3 :p
    Sinon je te rejoins sur la rapidité dont Thya passe les différents deuils. C’est un peu froid…

    • Elle a bien surpris avec cette fin, c’est vraiment intrigant. J’espère que du coup le 3e prendra son temps côté mise en place des émotions et il devrait être top 🙂

Les commentaires sont fermés.