Kirinyaga (Mike Resnick)

kirinyaga-resnick

Kirinyaga

Auteur : Mike Resnick
Editeur : Folio SF
Date de parution : 10/2000
Pages : 388
Prix : 8,10€ (édition actuellement indisponible)

Devant le Kenya occidentalisé, la nature domptée et les mythes oubliés, Koriba le Kikuyu fait un rêve : celui de voir renaître les traditions et l’environnement de son peuple. L’Administration autorise la création de ce rêve et tous les volontaires embarquent pour Kirinyaga, colonie utopique créée pour eux et nommée d’après l’ancien nom du Mont Kenya, où siégeait Ngai, Dieu des Kikuyus. Mais est-ce vraiment un rêve qu’a construit là Koriba, devenu Mundumugu, le sorcier tout puissant ?

Recueil de très bon textes, roman passionnant

Construit comme un recueil rassemblant des nouvelles écrites séparément, Kirinyaga présente pourtant une grande cohérence et les récits se suivent chronologiquement. Chacun apporte un nouvel élément témoignant de l’évolution de la vie sur la colonie en quelques années et de la façon de gérer du Mudumugu. Le style de Mike Resnick est sans failles, s’adaptant parfaitement à un cadre africain, développant personnalités et folklore d’une manière qui semble spontanée et naturelle. Le ton est très noble, la voix du sorcier Kikuyu parfaitement crédible et entraînante. Le livre prend des allures de journal, témoignage extérieur et objectif de la vie de l’utopie et de son créateur.
Plusieurs textes de Kirinyaga ont été primés, ce qui est largement mérité. La lecture est addictive, le livre réellement passionnant.

L’uotpie mise en perspective : définition, évolution

Au départ de l’utopie : le rêve d’un homme. Au fil des chapitres, cette utopie est mise à l’épreuve et questionnée de multiples façons. Les questions qui se posent sont nombreuses : qu’est-ce vraiment qu’une utopie ? Où s’arrête-t-elle ? Peut-elle être représentée par une société figée ? Son évolution n’est-elle pas inévitable ? Peut-on préserver une utopie ? Et si oui, à quel prix ?

Au cours d’un récit qui dure quelques années, Mike Resnick nous montre la naissance, la splendeur, les limites et la déchéance d’une utopie. Mais ce terme est bien relatif. Ses limitations sont abordées de manières très diverses, au travers du regard d’enfants, de Kenyans ignorants des coutumes, d’étrangers venus tenter leur propre utopie ou simplement de la volonté du peuple de Kirinyaga, dont la société et les individus vivent, expérimentent, changent, évoluent. Les expériences du Mundumugu et de son peuple apportent des éléments de réponse à une grande partie des d’interrogations, une part d’interprétation étant laissée au lecteur.

Un personnalité forte, pilier d’un immense projet

Le personnage principal, Koriba, n’est pas vraiment héros. Il est le point fixe de l’utopie, celui qui ne varie pas, dont l’idée claire et fixe à fait (re)naître une société et qui s’accroche à cette vision avec une énergie farouche.
Ni bon, ni mauvais, ni attachant, ni antipathique, il est un homme. En tant que tel, il a des failles, des faiblesses. Son entêtement coûte parfois cher, son rêve devient parfois un cauchemar pour lui ou d’autres autour de lui. Les leçons à en tirer sont parfois très dures ; parfois il préfère les ignorer, parfois il en accepte le poids comme prix à payer pour que vive l’utopie. Mais il prend ainsi le risque de voir la réalité le rattraper et son rêve se briser.

Sa force, sa volonté de faire vivre un espoir et un rêve, sont néanmoins remarquables. Quelque part, ce vieil homme impose le respect, il arrive à mener la grande barque de son utopie avec une détermination si farouche qu’il semble réussir à chaque fois à lutter contre le courant. Pourtant, l’approuver s’avère vite difficile, les traditions Kikuyus étant très en décalage avec les propres habitudes sociales du lecteur. Mike Resnick ne donne jamais l’impression de le juger, lui ou ses actions, et donne tous les points de vue nécessaires pour faire réfléchir le lecteur à des questions éthiques parfois complexes.

Kirinyaga est une œuvre admirable. Une sorte de conte ou de fable, comme en raconte beaucoup le Mundumugu aux petits Kikuyus qui peuplent son utopie. Un texte qui dépayse et apporte une réflexion profonde sans imposer sa vision. Au final une lecture réellement enthousiasmante et captivante, voire incontournable.

Kirinyaga, intégrale (Mike Resnick)Réédition : Kirinyaga suivi de Kilimandjaro (intégrale) – Denoël Lunes d’Encre – juin 2015 – 21,50€

Une réflexion au sujet de « Kirinyaga (Mike Resnick) »

Les commentaires sont fermés.