Hypérion (Dan Simmons)

Hypérion (Dan Simmons)

Les Cantos d'Hypérion

1. Hypérion

Auteur : Dan Simmons
Editeur : Pocket
Date de parution : 09/2014
Pages : 638
Prix : 9,10€

Les Tombeaux du Temps sont sur le point de se rouvrir, annonçant des temps incertains et troublés. L’Hégémonie choisit d’envoyer sept pèlerins sur la lointaine Hypérion pour faire face à ce qui risque d’être libéré. Rassemblés, les pèlerins décident, sur la durée de leur périple, de se raconter l’un après l’autre ce qui les a amenés à faire partie de ce groupe. Dans chacun de leurs récits rôde l’ombre du Gritche, créature mythique et terrifiante, qui apparaît parfois autour des Tombeaux du Temps. Qui sont ces individus si différents les uns des autres et quel est leur intérêt dans cette quête ?

Une structure déroutante, six récits liés par Hypérion

Hypérion est un roman en six chapitres pour autant de récits, un par membre du groupe qui s’assemble au départ. Ces confessions amènent le lecteur dans le passé de chacun et permettent d’expliquer leur présence parmi les pèlerins choisis pour cette délicate mission.
Ce choix narratif peut s’avérer très déroutant, car ces récits constituent l’entièreté du roman qui ne revient au présent qu’à la fin. Il faut donc envisager dès le départ de lire La Chute d’Hypérion pour avoir le fin mot de l’histoire, comprendre les tenants et aboutissants de tous ces récits et découvrir comment les éléments dévoilés peu à peu vont servir l’histoire présente et à venir.

Une constante dans les témoignages en apparence bien différents est bien sûr la planète Hypérion et ses mystères, parmi lesquels le fameux Gritche, créature étrange, fascinante et dangereuse. Cette façon qu’a Hypérion et son histoire de hanter les récits est intrigante et accrocheuse.

Un roman qui change de visage à chaque chapitre

Chaque récit emmène le lecteur dans une époque différente et un contexte différent, en étant narré selon un ton toujours différent. Il faut donc à chaque nouveau chapitre se réapproprier la narration, se replonger dans un cadre nouveau et le dompter…
Cela ajoute au côté déroutant de l’oeuvre et demande un certain investissement de la part du lecteur. Mieux vaut être concentré pour se lancer dans Hypérion.

Il est également possible (et probable) de ne pas adhérer à toutes les personnalités présentées dans le livre. D’ailleurs, le lecteur a des chances de ressortir de cette lecture avec des préférences assez marquées. Mais si certains récits risquent de moins parler que d’autres, le fait d’avoir des avis bien tranchés sur l’un ou l’autre protagoniste et son histoire est un signe positif d’investissement dans la lecture.

Car Dan Simmons gère vraiment très bien les différentes ambiances. Journal anthropologique, rapport de combat, récit d’un père prêt à tout pour sa fille, quête d’un poète ayant connu le faste et le vide, enquête d’une détective façon roman noir ou souvenirs d’une lointaine planète… tout est crédible, rien ne sonne faux et toutes ces identités s’intègrent parfaitement au cadre science-fictif, ajoutant une dimension fascinante au texte.

Une profondeur impressionnante, à plusieurs dimensions

L’univers ainsi dévoilé par les témoignages des pèlerins est extrêmement riche. Son passé, sa politique, sa technologie, ses conflits… petit à petit se dresse une carte des enjeux, même si beaucoup d’éléments abordés ne semblent au départ pas importants et/ou n’obtiennent pas d’éclairage direct dans le roman.
Il faudra clairement attendre encore, pour découvrir avec La Chute d’Hypérion les tenants et aboutissants des révélations qui se dessinent. Même sans avoir toutes les clés en mains, il est évident pour le lecteur que Dan Simmons a créé un univers très riche, très détaillé, dans lequel le hasard n’a pas de place.
Les équilibres entre les différentes forces identifiées au fil des récit sont finement réfléchis. L’auteur ne se contente pas d’inventer et décrire, les différents éléments s’intègrent parfaitement, vers un objectif qui semble très bien défini pour lui, même s’il en dévoile assez peu à son lecteur dans chaque chapitre.

Ce premier tome est aussi l’occasion pour l’auteur de montrer plusieurs planètes, plusieurs cultures et leur évolution parfois sur plusieurs décennies, le rapport au foyer pour une humanité disséminée dans les étoiles et bien d’autres choses encore.
Sans oublier les références culturelles, littéraires notamment qui ponctuent le récit. Cette multitude de tableaux est sublime et fascinante, propre à provoquer un vertige typique d’une excellente science-fiction.

Hypérion a gagné depuis sa parution en 1989 sa réputation de classique incontournable de la littérature de science-fiction. A la lecture de ce livre-univers aux multiples facettes et extrêmement riche, on comprend pourquoi.
Reste à lire La Chute d’Hypérion pour poursuivre la découverte de l’intrigue qui s’est doucement mise en place dans ce premier roman.

Herbefol a profité de ma découverte pour faire une relecture.

Une réflexion au sujet de « Hypérion (Dan Simmons) »

  1. Ping : Les Cantos d’Hypérion 1 : Hypérion | La Croisée des Chemins

Les commentaires sont fermés.