All Clear (Connie Willis)

All Clear (Connie Willis)

Blitz

2. All Clear

Auteur : Connie Willis
Editeur : Bragelonne
Date de parution : 08/2013
Pages : 701
Prix : 25€ / 12,99€ ebook sans DRM

Le Blitz continue de plus belle tandis que Polly, Merope et Michael sont toujours coincés à Londres en 1940. Le temps joue contre eux, bientôt ils ne sauront plus où vont tomber les bombes, leur présence peut potentiellement changer l’histoire et l’un d’entre eux semble avoir une date limite ! Il leur faut d’urgence trouver un moyen d’échapper au XXe siècle sous peine d’y laisser leur peau.

Un aspect historique très développé et passionnant

Comme dans Black Out, dont All Clear est la parfaite continuité, il est évident que l’aventure des historiens est pour Connie Willis un prétexte parfait pour détailler le quotidien des habitants de Londres et des environs pendant la seconde guerre mondiale et le blitz en particulier. Les scènes symboliques et marquantes s’enchaînent : nuits de fort bombardement, incendies, etc… Certains passages sont, il faut être honnête, relativement inutiles à l’intrigue de fond qui consiste pour les héros à comprendre leur situation et trouver un moyen de rentrer chez eux. Ils sont parfois même très longs comme ce qui concerne la nuit de l’incendie de Saint Paul.
Mais Connie Willis sait rendre la petite histoire et la grande captivantes, et finalement peu importe que le récit soit moins efficace si les détours empruntés sont aussi prenants. Et les pages défilent à toute vitesse.

Entre drame et petites joies, une belle intensité émotionnelle

Une grande tension dramatique se développe dans cette seconde partie. Polly a une date limite, Eileen panique, Michael se démène pour chercher une solution sans trop y croire, le danger est permanent et venir du futur n’immunise personne contre les bombes et la mort.

En parallèle de ces préoccupations, le quotidien prend sa place vaille que vaille et malgré l’horreur qui tombe du ciel la vie continue. De nombreux éléments perturbateurs apportent une touche d’humour et de légèreté à l’occasion : les amis de Polly qui insistent pour faire leur pièce de théâtre, les Hodbins ces chenapans impossibles mais parfois bien utiles qui font tourner la pauvre Eileen en bourrique…
Tout cela ajoute une bonne cadence aux journées déjà bien chargées des protagonistes et permet d’équilibrer les moments difficiles avec des instants un peu plus insouciants. Le lecteur vibre au rythme de ces choses simples qui marquent l’exil des historiens, et continue de s’attacher à tout ce petit monde.

Un diptyque finement construit

La structure narrative est vraiment intéressante. Connie Willis joue avec les nerfs du lecteur en multipliant les mini cliffhangers à la fin des chapitres, ainsi qu’en alternant les points de vue et les époques, entre XXe et XXIe siècle mais aussi différents moments de la guerre. Des voix qui étaient dans Black Out, mystérieuses et peu mises en avant, continuent de s’exprimer et leur identité ainsi que leur rôle devient de plus en plus visible.
Connie Willis entraîne ses protagonistes assez loin au cœur de la seconde guerre, jusqu’à Bletchley Park et la planification des faux débarquements, ce qui lui permet de dresser un portrait assez complet de l’Angleterre pendant la guerre.

Au fil de la lecture le puzzle se dévoile et force est de constater que tout a été minutieusement pensé et chaque détail parfaitement intégré, des plus gros rebondissements aux plus petits clins d’œil inexpliqués de Black Out. Le rôle joué par chaque protagoniste, en plein blitz ou plus tard dans la guerre, comme dans le futur, s’éclaire. Et bon sang que c’est bien vu.
L’intrigue ne va aucunement révolutionner les récits de voyages temporels, loin de là, mais le roman est habile et le lecteur est tout à fait satisfait de ses réponses.

Connie Willis a créé avec Black Out et All Clear un diptyque attachant et passionnant, qui mêle admirablement bien la petite et la grande histoire. Le lecteur aura frémi tout le long avec les héros et partagé leur fascination pour cette période, entraîné par la plume théâtrale et limpide de l’auteur. Un véritable coup de cœur.

Challenge SFFF au féminin

2 réflexions au sujet de « All Clear (Connie Willis) »

Les commentaires sont fermés.