Jésus contre Hitler, intégrale (Neil Jomunsi)

Jésus contre Hitler, intégrale (Neil Jomunsi)

Jésus contre Hitler

Intégrale épisodes 1 à 4

Auteur : Neil Jomunsi
Editeur : Walrus
Date de parution : 08/2013
Pages : /
Prix : 3,49€ ebook sans DRM ou 1,49€ l'épisode

Années 60, l’adjudant David Goldstein est affecté sur une mission… très spéciale, au sein de l’Agence B. Qui aurait cru (sûrement pas lui) qu’il se retrouverait du jour au lendemain à poursuivre Hitler (il n’est donc pas mort !?), se battre contre des zombis nazis (ça existe ces créatures !?), en compagnie de John J. Christ, le seul et l’unique (c’est un gag, c’est ça ?).
Allez Goldie, ce n’est que la première mission, les trois autres qui t’attendent après seront tout aussi loufoques, si ce n’est plus. Bon courage.

Attention, lecture super fun

Lire Jésus contre Hitler c’est comme manger du pop-corn : c’est pas de la grande gastronomie, mais qu’est-ce que c’est fun et bon ! Littérature sans prétention, elle se présente (pour l’instant) sous la forme de 4 épisodes (que l’on trouve aussi en intégrale donc) assez courts (mais pas trop), contenant une aventure différente chacun, et dont le premier est gratuit pour ceux qui seraient un peu frileux à l’idée de sauter dans le bain.
Un format qui me va personnellement parfaitement, une bonne exploitation du support numérique, une bonne stratégie commerciale.

Le style de l’auteur n’est pas d’une qualité remarquable, soyons honnête, mais il sert parfaitement son œuvre. La construction des intrigues se tient, les individus ont de la personnalité, ils agissent et parlent en fonction du rôle qui leur a été attribué.
Et surtout, l’humour est bien présent, pas franchement en finesse, un humour franc dont la couleur est annoncé dès le départ (rien qu’à voir le titre, vous vous doutez bien de quelque chose). Comique de situation (improbable, la situation), caricatures de protagonistes, blagues franches, clichés assumés, ce ton fait le charme de la série et le lecteur rit sans retenue et sans honte. Pop-corn, on vous dit.

Un univers riche plein de détournements

De nombreux clins d’œil et références littéraires ou ciné ponctuent ces textes. Neil Jomunsi pioche notamment dans le bestiaire fantastique (zombie, yéti…) et la littérature classique associée (notamment lovecraftienne).
Aux bêbêtes s’ajoutent des personnages historiques complètement fantasmés (Jésus et Hitler en tête), avec au milieu le militaire lambda tout aussi caricatural, héros sans peur et sans reproches, juif tant qu’à faire.

Ces repères connus sont détournés et souvent tournés en ridicule, pour le plus grand bonheur du lecteur. Jésus oscille entre le baba cool désinvolte, le sérieux, le blagueur. Il aime faire tourner Goldstein en bourrique.
Hitler est un p’tit nerveux qui veut dominer le monde et qui emploie pour cela des techniques super tordues et souvent plus dangereuses qu’utiles. Mais ce personnage a beau être grotesque, il ne manque pas de ressources, ce qui permet de nouveaux épisodes.

Des épisodes qui possèdent chacun leurs propres qualités

Neil Jomunsi réussit plutôt bien à se renouveler à chaque épisode, en variant les décors et les personnages ou au contraire en réutilisant des éléments des textes précédents, notamment ceux qui nous ont fait tellement plaisir.
Après les zombis, l’auteur nous plonge dans l’univers lovecraftien de plusieurs manières différentes, un plaisir geek sans culpabilité. Le 3e épisode est sans doute le moins convaincant, un poil en dessous, la surprise étant bien passée à force et le yéti n’apportant pas autant de joie geek que d’autres éléments auparavant. Mais la narration reste convaincante dans la continuité et chaque épisode apporte son n’importe quoi comme attendu.

Dans le 4e opus, ça repart comme en 40 (si je puis dire), comme si l’auteur avait trouvé un nouveau souffle. La qualité du texte tient notamment à l’introduction d’un nouveau personnage, une ado d’un genre très particulier et en même temps bien caractéristique des jeunes de son âge : dynamique et un peu chiante sur les bords. Ce qui crée des situations bien comiques et des confrontations nouvelles entre les héros.

Bref, inutile de s’étendre des heures, je pense que vous avez compris à quoi vous avez affaire. Vous voulez lire quelque chose de léger, drôle, sympa, pas trop long mais avec plusieurs épisodes pour en avoir plusieurs fois ? Alors tentez Jésus contre Hitler !