Le Livre de Saskia t.3 (Marie Pavlenko)

Le Livre de Saskia t.3 : Enkidare (Marie Pavlenko)

Le Livre de Saskia

3. Enkidare

Auteur : Marie Pavlenko
Editeur : Scrinéo Jeunesse
Date de parution : 10/2013
Pages : 475
Prix : 16,90€

Après l’attaque meurtrière du clan Faucheur et afin de mener une enquête plus approfondie sur ceux qui l’ont commanditée, Saskia se rend dans le clan Gardien, celui de sa mère biologique. Il lui faudra à la fois gérer les dangers omniprésents – surtout qu’elle semble être une cible privilégiée de ces factions qui luttent contre un éventuel rapprochement des peuples – mais aussi ses émotions envers sa famille, ses amis et Tod. Tod, gravement blessé.
Leur petit groupe inattendu mêlant Faucheurs et Gardiens réussira-t-il à dépasser les querelles ancestrales pour lutter contre des ennemis redoutables que rien ne semble pouvoir arrêter ?

Une fin de trilogie dense en ambiances, révélations, action…

Comment bien rendre justice à ce livre, tant il m’a touchée, émue, happée ? Il me faudrait en parler avec vous après votre lecture, partager ces moments « wouahou » et « aaaaaaah », le tout ponctué de sautillements et force cris d’enthousiasme. Argumenter sans spoiler m’a rarement paru aussi dur tant l’ouvrage regorge de détails, d’anecdotes, concernant l’histoire aussi bien que la façon dont elle se vit à chaque étape.

Avec ce dernier volume, Marie Pavlenko finit de développer et dévoiler sa mythologie Enkidare, un aspect très détaillé, réfléchi et approfondi dans son œuvre, inspiré d’éléments mythologiques existants, s’appropriant d’autres détails artistiques ou historiques bien réels de façon à la fois intelligente et amusante.
Le passé du peuple Enkidar amène les héros à faire plusieurs voyages dépaysants, sur plusieurs continents, sur les traces d’une vieille histoire, complexe et recherchée, qui ne surprend pas forcément dans tous ses aspects mais suscite respect et intérêt dans sa cohérence et son exotisme.

Jusqu’au bout ou presque le lecteur reste dans le flou concernant ce tableau final, dans l’attente des dernières révélations. Il se passe beaucoup de choses pourtant entre temps, pas toujours dans l’action, l’auteur prenant le temps de laisser vivre ses personnages, de renforcer les liens entre eux ainsi qu’entre eux et le lecteur.
Et l’action prend de multiples visages : attaques du Surclan ou du Cercle des Cent, confrontations avec des personnages antagonistes aux motivations obscures, soupçons de traîtrises, enquêtes aux quatre coins du globe.
Les décors sont superbement mis en valeur par les descriptions précise de Marie Pavlenko ; leurs couleurs, leur beauté sauvage, les civilisations lointaines, les ambiances… suscitent images et sensations et donnent envie de sauter dans un avion.

Des personnages touchants qui changent et grandissent au fil des épreuves

Dans ce troisième opus, nos héros préférés sont bien entendu de retour. Ils sont accompagnés de protagonistes rencontrés dans le second, que le lecteur apprend à vraiment connaître, témoin privilégié de leur évolution et de leurs sentiments.
De nouveaux personnages apparaissent encore, très intéressants eux aussi, parmi eux bien entendu la mère biologique de Saskia, ce qui permet des scènes vraiment touchantes, ce personnage se révélant très attachant, au même titre que ceux qui composent le petit groupe atypique autour de la jeune fille.

Saskia gagne encore en maturité. Après avoir appris à ne pas dépendre de Tod et des sentiments qu’il lui inspire, elle comprend comment trouver sa force en elle-même. Le traitement de la romance qui en découle est parfaitement équilibré, ces deux-là étant très mignons ensemble sans oublier d’être des individus à part entière, ni que d’autres gens font partie de leur vie.
Saskia passe ainsi des instants privilégiés avec ses parents, avec Mara et bien d’autres, elle témoigne des sentiments naissants qui lient son entourage, attentive à ce qui se déroule autour d’elle.

Les épreuves au court de cette fin d’aventure sont hélas (ou heureusement pour nous lecteurs) bien nombreuses. Les difficultés pointent le bout de leur nez à tout moment et n’épargnent personne. Nos héros semblent parfois s’en sortir bien un peu systématiquement, trouvant la bonne aide ou la bonne idée au bon moment, mais malgré la certitude de les voir triompher, la souffrance ne les épargne pas, entre angoisse, attente, blessures physiques, chocs psychologiques et pertes d’êtres proches.
La facilité n’est pas de mise, la victoire loin d’être acquise d’avance.

Une valse d’émotions, une lecture riche. Quelle plume !

Le syle de Marie Pavlenko était déjà fortement addictif dans les premiers volumes ; il passe à un cran supérieur avec ce dernier tome, l’émotion prend aux tripes et à la gorge à de nombreuses reprises. Qu’il s’agisse d’un moment d’émotion particulièrement touchant et beau, d’une montée ou d’un relâchement de tension, de la tristesse, d’une pointe d’humour, d’une scène mignonne, l’auteur transmet les ressentis avec finesse au lecteur.
Difficile de ne pas sentir ses yeux s’embuer, voire même de retenir une larme, dans les moments les plus douloureux ou les épreuves durement gagnées. Difficile également de ne pas retenir son souffle aux moments clés, et ce malgré la certitude d’un dénouement heureux (c’est que ça ne garantit pas de finir en bon état pour autant).

Marie Pavlenko offre un style raffiné, frais et honnête, pertinent, qui va droit au cœur. De magnifiques images ponctuent le texte, telle le déballage d’un groupe d’Enkidars majestueux, aux ailes si diverses, rassemblés autour d’une cause commune. Ou les rapprochements improbables entre individus de peuples différents ou non, ou encore des émotions inattendues.
Cette écriture qui sait si bien embarquer permet de s’approprier le récit et de s’immerger en profondeur. Attention, vous pourriez bien ne plus vouloir en sortir.

Après une lecture aussi intense, il est difficile de dire au-revoir à Saskia et ses amis. Mais cette série restera longtemps en mémoire, grâce à la qualité d’écriture de Marie Pavlenko, qui a su créer un univers et des personnages denses et attachants. Dans l’immensité de la mer des parutions pour adolescents, Le Livre de Saskia est une île où il fait vraiment bon jeter l’ancre. Lancez-vous dans l’aventure !