Elfes et Assassins (Collectif)

Elfes et assassins (collectif)

Elfes et assassins

Auteur : Collectif
Anthologiste : Lionel Davoust, Sylvie Miller
Editeur : Mnémos
Date de parution : 05/2013
Pages : 236
Prix : 16€

Elfes et assassins, deux classes de personnages très souvent rencontrés en fantasy et dont l’évocation fait rapidement naître des images tirées de lectures de romans et BD ou de visionnages de films.
Treize auteurs français ont été rassemblés par Lionel Davoust et Sylvie Miller pour donner leur vision de ces personnages, dans cette anthologie parue dans le cadre du festival des Imaginales d’Epinal.

Une qualité relativement égale et satisfaisante

Cette anthologie est la deuxième dirigée par Lionel Davoust et Sylvie Miller, après Reines et Dragons l’an passé. L’impression générale après lecture est plutôt bonne, tous les textes réussissant à susciter l’intérêt et créer des ambiances particulières.
Même dans les nouvelles réutilisant des univers de l’œuvre des auteurs, comme « La Seconde Mort de Lucius Van Casper » de Raphaël Albert (univers des Aventures de Sylvo Sylvain), le lecteur n’est pas laissé de côté et le texte donne des clés de compréhension suffisantes.
Côté longueur, les textes ne sont ni trop longs ni trop courts et assez variés pour rythmer l’anthologie.

Une bonne variété d’approches

Le traitement du thème par les auteurs est très varié. Le thème est toujours doublement traité, elfes et assassins se côtoyant ou se confondant. Les différences se trouvent en premier lieu dans les univers mis en scène : monde contemporain ou autre époque auxquels se mêlent des créatures étranges, ailleurs fictifs.

Le ton choisi pour la narration distingue également bien les textes et parfois c’est la forme qui est originale. Par exemple, Anne Duguël crée comme d’ordinaire le malaise par une ambiance glauque faisant appel à des peurs puissantes ; Anne Fakhouri et Jeanne-A Debats préférent le registre humoristique, l’une introduisant un elfe au milieu de mafieux, l’autre reprenant son vampire décalé déjà vu dans Métaphysique du vampire (Ad Astra).
D’autres encore préfèrent une approche pleine d’action comme le texte plein d’énergie de Rachel Tanneur « La Nature de l’exécuteur », tandis que Raphaël Albert choisit la forme épistolaire.

Des textes plus ou moins marquants

Comme dans chaque anthologie, certaines nouvelles sont destinées à moins plaire au lecteur que d’autres. Pour moi, la rencontre ne s’est pas faite avec Johan Heliot et sa « Grise Neige », un récit certes poétique mais qui tourne un peu en rond et dont j’ai vu venir la chute (certes pas tout de suite). Si j’ai trouvé la plume de Jean-Philippe Jaworski plutôt belle objectivement, j’ai eu beaucoup de mal à lire « Le Sentiment du fer », qui m’a paru extrêmement long et lourd malgré un fond de cape et d’épée plutôt sympathique.

Certaines nouvelles se laissent tout à fait bien lire mais ne laissent pas d’impression durable. Ce fut le cas pour moi avec « Sans douleur » de Fabrice Colin, un auteur qui peine à me marquer en général malgré la qualité de ses textes, ainsi que « Libera Me » de Fabien Clavel, qui propose un univers intéressant mais où il est difficile de trouver ses marques.
Et il faut bien parler de ce qui marque positivement aussi. Si j’ai déjà mentionné Anne Fakhouri, Anne Duguël et Jeanne-A Debats, il convient de rajouter « J’irai à la clairière » de David Bry qui a écrit une nouvelle comme je les aime, avec une fin ouverte qui pousse le lecteur à choisir la signification de celle-ci, et par là même celle du récit.

Tous les textes se lisent bien et chaque lecteur devrait trouver son compte en fonction de ses affinités. Elfes et Assassins m’a paru bien plus équilibrée que Magiciennes et Sorciers, l’autre anthologie du festival que j’ai lue. Les auteurs proposent des textes qui ne manquent pas de personnalité et la lecture de ce livre fait passer un très bon moment, même si une partie ne marque pas l’esprit sur le long terme.

Voilà qui me donne envie de tenter Reines et Dragons pour voir si les directeurs de l’anthologie ont réussi à faire un ouvrage aussi (voire plus) cohérent en 2011.