Acquisitions de juin 2013

Après un mois de mai plutôt raisonnable malgré les Imaginales, le mois de juin aura été… raisonnable sans les Imaginales. Les sorties intéressantes se sont faites plus rares, les éditeurs gardent leurs poulains au frais pour la rentrée (là on va avoir mal). L’article aurait pu être encore plus vide, car 5 acquisitions (sur 9) ont été faites en une seule fois, lors d’une traque à l’occasion chez Gibert en pleine semaine (autant dire que le samedi je n’en aurais pas trouvé autant) ! Et enfer ! A cause de mes parents de passage sur Paris, ma PAL a pris +2 le dernier jour de juin ! Autant dire que ça a failli être encore plus raisonnable que ça, mais que voulez-vous, on m’a poussé au crime (je suis crédible ?)…
Pour juillet j’ai déjà repéré un truc ou deux, mais chut, on se retrouvera début août pour en parler.

  • Romans papier

Acquisitions de romans de juin 2013

The Ocean at the End of the Lane, Neil Gaiman (William Morrow) – Gniiiiii ! Le Gaiman nouveau est arrivé et je l’avais précommandé. J’ai voulu être raisonnable jusqu’au bout puis j’ai craqué à quelques jours de la sortie devant une réduction sur le Book Depository. En même temps, c’est Gaiman, pas besoin d’excuses ou de justifications.

Everness, Ian McDonald (Gallimard Jeunesse, trad. Jean Esch) – Je ne sais pas ce que j’ai avec McDonald, je fais une collectionnite aiguë. Je n’ai lu de lui qu’une nouvelle et pourtant j’ai offert un de ses romans à mon père et en ai moi-même deux en PAL. Mais ses romans sont d’habitude destinés à un lectorat adulte (et qui n’a pas peur des livres denses), aussi je suis très curieuse de le découvrir en jeunesse. Sans doute qu’il sera un des premiers à sortir de ma PAL.

La Mort du Melkine, Olivier Paquet (L’Atalante) – Je n’ai pas encore lu le premier volume, mais Herbie collectionnant les titres avec les couvertures (splendidement splendides) de Manchu, il avait une bonne raison d’atterrir à la maison. Il aurait sans doute pu attendre un peu, mais bon, il était là, nous aussi… pourquoi lutter.

Les Coups de coeur des Imaginales, Collectif (ActuSF) – Je n’avais pas voulu le prendre en papier aux Imaginales, je pensais le prendre en numérique car moins cher et moins encombrant. Sauf qu’un des auteurs n’a pas signé de contrat numérique, l’anthologie n’existe donc pas comme un tout en numérique (9 nouvelles séparément pour ceux qui veulent vraiment mais je n’aime pas le format éclaté). Comme je voulais tout lire mais toujours pas y mettre le prix papier, j’ai été ravie de trouver cette occasion. J’aurais préféré donner des sous aux auteurs, mais on calcule le budget comme on peut. Ici j’en ai pour moins cher que les 9 nouvelles séparées en numériques (et en plus j’ai les 10).

Alex, Pierre Lemaitre (Le Livre de poche) – Mes parents sont de grands lecteurs de thrillers (entre autre) et m’ont offert ce titre qu’ils ont tous les deux adoré (« échanges de bons procédés » a dit mon papa à qui j’ai offert L’Affaire Jane Eyre de Fforde). Et en plus, il est déjà lu.

  • eBooks

Ce qui nous lie (Samantha Bailly)

Ce qui nous lie, Samantha Bailly (Milady Romance) – Ben oui, c’est comme ça, moi aussi je tente des romances. Surtout quand elles sont à 0,99€ et que j’ai entendu dire plein de choses intéressantes sur la plume de cette jeune personne. Ça sera parfait comme lecture légère d’été (s’il se décide à se pointer).

  • BD

Acquisitions de BD de juin 2013

Sylvaine, itinéraire d’une enfant pauvre, Stan Silas (Makaka) – Je suis un peu à la bourre sur les Norman du même auteur (voir chronique du 1), mais je n’ai pas pu résister à prendre d’occasion ce volume qui met en scène un personnage secondaire de la série. J’espère retrouver le fun de Norman auprès de Sylvaine.

We are family t.1, Marie Pavlenko et Teresa Valero (Delcourt) – Je manque toujours de BD légères pour le soir. Et j’aime ce qu’écrit Marie Pavlenko. Donc sa BD qui a l’air mignonne et marrante… hop dans la PAL.

Chroniques de Jérusalem, Guy Delisle (Delcourt) – Loooongtemps que je lorgne sur cette BD mais ses 25€ me freinaient un max. Aussi, quand mon œil est passé sur la pile et qu’il a vu la petite étiquette d’occasion, le cerveau (enfin ce qu’il en reste) s’est dit « banzai ! » et j’ai sauté dessus (j’exagère à peine). IT IS MIIIIINE. Hem.