Le Projet Morgenstern (David S. Khara)

Le Projet Morgenstern (David S. Khara)

Le Projet Morgenstern

Auteur : David S. Khara
Editeur : Critic
Date de parution : 03/2013
Pages : 362
Prix : 20€

Un homme aussi exceptionnel qu’Eytan Morgenstern ne peut prétendre passer inaperçu indéfiniment. Aussi, quand une entité commence à s’en prendre à ses amis, l’agent n’attend pas, ne fuit pas, mais se lance dans une mission frontale pour les sauver, quitte à provoquer les plus obscurs groupes militaires américains.
Mais n’a-t-il pas besoin lui aussi que l’on prenne soin de lui ? Que reste-t-il du garçon échappé des laboratoires de Bleiberg qui a fui dans les forêts polonaises en 1943 ?

Le retour attendu d’un héros sympathique et de sa bande

Le Projet Morgenstern clôture la trilogie entamée avec Le Projet Bleiberg et continuée avec Le Projet Shiro et c’est un réel plaisir de retrouver le géant Eytan.
David S. Khara a su créer un héros à la fois mystérieux, impressionnant et vraiment attachant, aux failles cachées mais bien présentes, bref, un être complexe que le lecteur retrouve à chaque aventure sans se poser de question. Il pourrait n’être qu’une brute avec un but simple à atteindre, mais il se montre terriblement humain.

Et l’agent se dévoile beaucoup dans ce titre. Le lecteur est emmené dans son passé, juste après son évasion, lorsqu’il n’était encore qu’un enfant, un jeune homme marqué par de terribles épreuves. L’occasion de découvrir un peu plus la Pologne en pleine guerre, ses résistants et ses bourreaux.
C’est l’occasion pour l’auteur de développer de nouveaux personnages secondaires intéressants, notamment un groupe qui va croiser la route du jeune homme perdu et lui apporter cadre et valeurs. L’expérience vécue à leur côté est très marquante et profondément humaine, les passages qui ramènent à cette époque sont très prenants, et à vrai dire carrément passionnants.

De l’action, mais pas sans réflexion

Bien sûr, Le Projet Morgenstern est un thriller. Rythmé comme les précédents opus, il offre quelques bons moments d’action. Et là où David S. Khara sait séduire son lecteur, c’est que même dans ces moments là le cerveau n’est pas laissé de côté, les explosions ne remplissent pas l’écran, les protagonistes restent au cœur des préoccupations et la gravité n’est pas toujours de mise.

Eytan est très entouré dans ce tome qui est l’occasion de rassembler ou de croiser les gens qui comptent pour lui et qui se trouvent être ceux à même de l’aider dans sa mission. Amis ou famille, un peu des deux à la fois, tous ont une histoire très forte avec le géant. Courage, humour douteux ou fin, témérité, érudition, sagesse, légèreté, maladresse, arrogance ou humilité… chaque personnalité apporte de la profondeur au récit et aux liens qui les unissent.
Ils mettent en perspective l’agent Morg’ et son histoire sans pour autant s’effacer en tant qu’individus. David S. Khara sait toujours bien doser l’émotion en rendant ses héros plus vrais que nature, avec leurs forces et faiblesses comme tout être humain.

Seul petit point d’ombre, l’intrigue avec le Consortium un peu légère avec un goût de faire-valoir permettant de mettre les liens humains à rude épreuve et de faire sortir tout ce petit monde de sa retraite. Mais les justifications sont là et les rebondissements cohérents, l’occasion pour l’auteur d’aborder comme dans les opus précédents des thématiques qui amènent à réfléchir sur les puissants et leur pouvoir potentiel, voire leur folie probable.

Une conclusion à la hauteur du reste de la trilogie

Entre petite et grande histoire, David S. Khara séduit encore une fois avec son Projet Morgenstern, entraînant le lecteur avec aisance au fil des pages en sublimant ses personnages et leur histoire. Entre action et introspection, l’aventure force les individus à se révéler à eux-même.
Eytan n’y échappe pas, montrant une nouvelle part de lui-même pour se dévoiler toujours plus attachant. Tous les lecteurs qui ont suivi l’aventure des débuts et auront ce roman entre les mains sont assurés de passer un bon moment avec la joyeuse troupe.