Loup de Pluie t.1 (Dufaux, Pellejero)

[livre image= »http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2012/12/loup-de-pluie1-dufaux-pellejero.jpg » titre= »Loup de Pluie t.1″ soustitre= » » scenario= »Jean Dufaux » dessin= »Ruben Pellejero » couleurs= » » editeur= »Dargaud » dl= »09/2012″ pages= »54″ prix= »13,99€ » note= »7″/]

Ingus Limb n’aurait pas dû mettre les pieds au saloon ce jour là pour chercher Bruce Mc Dell. Il aurait ainsi évité de croiser le chemin de Loup de Pluie et serait peut-être toujours en vie. Et ce dernier n’aurait pas eu à se faire oublier avec l’aide de son ami Bruce, fils du magnat des chemins de fer.
Pendant ce temps, Jack Mc Dell, le cadet de la puissante famille, fait une rencontre inattendue en la personne de Petite Lune. Lorsque celle-ci doit accompagner Loup de Pluie dans son périple, toute une intrigue, une véritable chasse, se met en branle. Chaque personnage avance ainsi inexorablement vers son destin.

Un western habile aux nombreux personnages, des trames narratives qui se mêlent

Ce premier tome de Loup de Pluie plonge de plein pied dans le Far West, avec ses saloons, son chemin de fer, ses indiens, ses duels au pistolet, son décor, ses conflits… Mais il aurait été trop simple, avec Jean Dufaux aux commandes, de se trouver dans un « simple » Western. Non content de mettre en scène des conflits entre les hommes, la série s’avère être aussi une saga familiale et sentimentale, au travers de l’histoire des Mc Dell – pères, fils et fille – et des indiens qui les entourent tels Loup de Pluie, Petite Lune et leurs familles. L’action se mêle ainsi aux sentiments au fil des pages, sans que rien ne soit simple.

Le scénariste offre aussi quelque chose de beaucoup plus subtil que les méchants blancs contre les gentils indiens. Le bien et le mal se cachent en chaque homme et chaque femme quelque soit son origine, les amitiés sont mixtes, les caractères bien trempés de part et d’autre. Loup de Pluie est un personnage particulièrement ambigu. Très sûr de lui et fier, il n’apparaît pas spécialement comme attachant, traçant sa vie pour lui et ses amis de manière assez froide. A contrario, le frère cadet Mc Dell fait preuve d’une écoute et d’une douceur qui suscitent la sympathie.

Mythe et distinction associés à l’action

Plutôt que de plonger dans l’action immédiate et brutale, Jean Dufaux a choisi de faire parler la sœur Mc Dell après les événements. Blanche n’étant pas elle-même – en tout cas dans ce volume – un enjeu principal du drame qui se joue, elle se trouve néanmoins en son cœur et apporte ainsi une voix éclairée à ce qui s’est passé. Ses commentaires de femme éduquée et le recul induit par une telle construction rendent la narration élégante.

A cette distinction s’ajoute une légère dimension fantastique, importante pour le déroulement de l’intrigue sans être omniprésente dans les péripéties. Intrigante, elle apporte un petit aspect mystique comment il s’en trouve souvent dans les récit mettant en scène des indiens. Poétique, hors du réel, elle semble néanmoins être ce qui va faire converger les chemins dans le prochain volume, sans pour autant que le lecteur puisse prévoir ce qui l’attend.
Le seul bémol en terme de narration vient sans doute de l’annonce de la série en deux volumes alors qu’au final elle pourrait en compter quatre, Jean Dufaux souhaitant développer l’univers.

Une illustration en phase avec le récit

Côté graphisme, Ruben Pellejero est toujours en grande forme et offre un spectacle sublime. Sa ligne claire et ses dominantes de couleurs en fonction des scènes soulignent bien les caractéristiques des paysages et des hommes. Les couleurs chaudes de la journée en plein désert succèdent au bleu profond et froid d’une nuit à la belle étoile. Le regard perçant de Loup de Pluie le rend impressionnant et fascinant, tandis qu’un regard inquiet de Petite Lune sait toucher le lecteur. Le trait de l’artiste, déjà expressif, s’associe avec d’excellents choix de cadrages et de plans pour immerger dans ce far west américain. L’ensemble du dessin et des couleurs rend parfaitement compte de l’aspect à la fois brutal et (ou) noble de cette contrée sauvage et de ses habitants.

Loup de Pluie est donc une série aux fils narratifs complexes et subtils qui entraînent sur plusieurs chemins à la fois. Le duo d’auteurs fonctionne très bien pour cette immersion dans l’ouest américain aux intrigues familiale, fantastique et sentimentales. De quoi être bien curieux quant à la tournure que va prendre la série dans le prochain volume.