Feed (Mira Grant)

Feed tome 1 (Mira Grant)

Feed

Auteur : Mira Grant
Editeur : Bragelonne
Date de parution : 10/2012
Pages : 450
Prix : 24€

En cette année 2034, les Etats-Unis ont eu vingt ans pour se remettre d’une terrible épidémie qui a vu se relever les morts, même si le danger est toujours bien vivace. Georgia et Shaun ont grandi après le jour des morts, adoptés par un couple de blogueurs médiatiques. Blogueurs eux-mêmes depuis leur jeune âge, la rédactrice, son casse-cou de frère et leur technicienne Buffy sont invités à suivre la campagne Présidentielle du Sénateur Ryman. Une occasion unique et inespérée, mais un travail délicat entre les infectés et les machinations humaines. Au milieu de tout ça, la vérité devra faire entendre sa voix.

Un background efficace et très détaillé

Feed est un roman vraiment surprenant. Il offre déjà un cadre relativement original, en ne se focalisant pas sur l’expansion de l’épidémie ou le traumatisme qui suit, mais envoie le lecteur plus de vingt ans après « le Jour des morts », dans une société reconstruite, organisée, qui a continué à évoluer en intégrant à ses lois et ses habitudes la présence de morts qui se relèvent et hantent le pays par milliers, prêts à contaminer ceux qui passent à leur portée. Grâce à Georgia et Shaun, plein de petits éléments sociaux sont découverts, des lois de protection ou de défense par exemple, ou quelques faits marquants ayant eu lieu entre le déclenchement de l’épidémie et le présent, qui contribuent à enrichir le background. Mais aussi la peur, omniprésente malgré le temps passé.
De plus, aucun flou n’est laissé quant à l’origine du virus, ses conséquences à court et long terme, la manière dont il affecte humains, animaux, dont il se développe… Plein de réponses sont apportées au lecteurs, mêmes s’il ne se posait pas ces questions, faisant de Feed un roman très réfléchi (jusque dans le titre et son double sens « nourrir » et « flux d’info ») et d’une densité appréciable.

Structure/rôle de la presse, intrigue politique, des thèmes originaux

Les thématiques abordées au cours du récit sont étonnantes dans un roman de zombies. Les médias tout d’abord, sont longuement mis en avant. Le fait que les héros soient blogueurs est l’occasion pour Mira Grant de parler de la place de l’information dans cette société transformée. Médias traditionnels versus blogs, quels sont leurs pouvoirs aujourd’hui et comment cet équilibre a changé à cause du Jour des morts et de ce qui a suivi. Extrêmement intéressant !
L’opposition entre médias n’est pas le seul angle d’approche, le lecteur a aussi droit à des comparaisons entre blogueurs, des questions soulevées quant à l’éthique du journaliste, au rôle de la vérité et la manière de la diffuser…

Autre grand sujet : la politique. La campagne de Ryman suit toutes les étapes d’une élection réelle contemporaine aux Etats-Unis. Meetings très nombreux, discours, questions pièges, bains de foule, primaires, choix du futur vice-président… Mais aussi bataille d’image et évolution de cette dernière en cas de rebondissement dramatique, réaction des médias… Sans oublier les inévitables magouilles ou pressions qui, dans un contexte aussi périlleux que celui de cette année 2032, peuvent mener à des morts violentes.

Un bon roman de genre, punchy et palpitant

Le contexte socio-politique est donc bien développé dans Feed, mais sacrebleu nous sommes avant tout dans un roman de zombies ! Rassurez-vous, le danger et l’action sont bien présents, ça titille du zombie ou ça se fait titiller par du zombie, il y a des morts, des attaques, des surprises, des sueurs froides… bref, tout ce qui rend habituellement jouissif un bon roman du genre. Toutes les thématiques se mêlent parfaitement et amènent à des rebondissements parfois surprenants, pour un ensemble très cohérent.

La narration a la première personne dynamise bien le récit, la voix de Georgia, qui se veut objective et attachée à la vérité, permet à la fois un regard « neutre » et une immersion complète, au plus proche du vécu du groupe et de leurs émotions. La jeune femme est le canal parfait pour faire passer les informations et réflexions qui foisonnent dans Feed, et permet également de rire ou frémir et de s’attacher à ses compagnons de route. Son amour pour son frère, le côté fou de ce dernier, son propre sens des responsabilités, les excentricités de Buffy, tout transparaît par son regard.
Le style de Mira Grant est très fluide et prenant, le lecteur retient son souffle, soupçonne, s’émeut de l’horreur d’un geste ou de l’absurdité d’une mort. L’intrigue est entrecoupée d’extraits de blogs – réflexions, poèmes, journaux – qui permettent d’entendre la voix de chacun des membres de l’équipe de rédaction, donnant ainsi du volume à leurs personnalités radicalement différentes et apportant d’autres éclairages sur l’univers.

Le seul reproche que l’on peut faire à Feed sont les quelques facilités scénaristiques prises par l’auteure, quelques manques de nuances dans les personnages secondaires. Mais finalement ceux-ci s’intègrent bien à la forme de l’histoire et ne gâchent rien. Enfin, dernier point positif : Feed offre une fin choc qui clôt le roman. Sans bâcler, Mira Grant percute les émotions, surprend et prend le temps de faire prendre conscience des conséquences. Difficile de dire sur quoi va embrayer la suite, une seule chose est sure : nous serons au rendez-vous.

Lisez un bon gros bout du début de Feed : ici.

Disponible en poche depuis le 30/10/2014 – FolioSF – 683 pages – 10€

3 réflexions au sujet de « Feed (Mira Grant) »

  1. Fini! Je me suis bien laissée prendre par cet univers très bien construit – moi qui aime la précision et la biologie, j’ai apprécié. J’ai beaucoup aimé le duo Georgia-Shaun, c’est original et ça change des relations homme-femme amoureuses plus classiques. Par contre, je suis d’accord avec toi, si j’ai adoré la fin dans le fond, je trouve qu’elle se fait un peu trop facilement (on la sent venir dès le début…). J’ai bien aimé l’immersion dans le milieu de la presse que je connais peu, et toute cette ambiance de contamination que j’avais découvert avec Boneshaker.
    Bref, je vais finir par devenir une lectrice de Zombies!

    • Après la trilogie tu pourras lire Celle qui a tous les dons et L’Education de Stony Mayhall, tout est foutu 😛
      En tout cas tu verras, les deux autres tomes ont vraiment quelque chose à apporter chacun sur l’univers, elle n’a pas tout mis dans le premier. Le 2e est un poil en dessous pour moi, trop répétitif, mais toujours bien addictif. Et ça vaut le coup jusqu’au bout 🙂

  2. Ping : GRANT Mira – Feed (la trilogie) | Livrement

Les commentaires sont fermés.