Legend t.1 (Marie Lu)

Legend t.1 (Marie Lu)

Legend t.1

Auteur : Marie Lu
Editeur : Castelmore
Date de parution : 09/2012
Pages : 285
Prix : 15,20€

Day est un fugitif. Traqué, il sera exécuté pour ses crimes si la redoutable République contre laquelle il lutte met la main sur lui. June est un génie et ne rêve que de servir la République au mieux. Ses talents seront utiles pour retrouver l’ennemi public n°1.
Cette chasse, qui les mettra sur le chemin l’un de l’autre, pourrait bien bousculer leurs convictions. Car que l’on soit dans le système ou que l’on ait réussi à en sortir, que l’on vive chez les nantis ou dans les quartiers pauvres où se répandent des maladies, la République a des secrets pour tout le monde. Et certains pourraient bien s’avérer particulièrement terribles.

Un univers et une écriture sympathique mais qui montrent leurs limites

Legend s’inscrit dans la mode des dystopies jeunesse. L’écriture de Marie Lu est plutôt bonne, ce qui distingue déjà Legend d’une bonne partie de ses concurrents ; les pages défilent rapidement.
Cependant, malgré sa qualité, le démarrage est assez lent pour un livre si court et le style reste très froid et factuel. Les chapitres alternent entre point de vue de June et de Day, structure intéressante, mais le texte reste très descriptif et ne tombe jamais vraiment dans l’émotion. Le coeur ne bat pas pour au rythme de l’aventure et une distance persiste malgré l’intérêt qui a pu naître au départ.

L’univers est assez classique mais cohérent. L’auteure s’en sort plutôt bien en sachant intriguer, dans un genre où il semble parfois difficile d’innover. Malheureusement, trop peu de détails sur l’organisation de la société sont dévoilés, le lecteur n’a pas les clés pour comprendre tous les tenants et aboutissants des conflits en cours ou les origines de cet univers transformé. Les différentes forces sont tout de mêmes bien identifiées, mais tout cela est bien dommage, d’autant que les quelques précisions qui ponctuent le texte donneraient envie d’en savoir plus. La fin du premier tome laisse à penser que le voile se lèvera sur certains aspects par la suite, mais en lui-même ce volume n’est pas assez dense.

L’âge des héros soumis à des interrogations, un choix pénalisant pour le livre

Les personnages sont au départ intrigants. Day notamment, est un garçon plutôt touchant. Obligé de se cacher depuis des années, il ne peut rester loin de sa famille même s’il ne peut lui parler. Il a un petit côté Robin des Bois sympathique, s’avère assez charismatique, parfois séducteur. Gentil, il n’oublie pas pour autant la prudence et la méfiance, puisqu’il doit survivre dans un milieu hostile. June quant à elle est un bon petit soldat, sa relation avec son frère est intéressante et il est dommage que ce personnage disparaisse vite. Bref, les personnages ont de la personnalité, au départ assez crédible… jusqu’à ce qu’on réalise vraiment leur âge : 15 ans…

Tout laissait penser (action, réflexion) à de jeunes adultes plutôt qu’à des ados, ce qui rend décalé les rares moments -systématiquement dans les scènes de romance- où cet aspect ressort chez eux. Le livre aurait gagné à avoir des héros moins jeunes car leur âge apparaît comme artificiel et leur fait perdre de la crédibilité. Certes, des petits génies en environnement hostile font sûrement preuve d’une maturité exceptionnelle, mais un ado reste un ado. Difficile d’accepter sans lever un sourcil que Day ait l’air si mature et responsable à s’occuper de Tess, une ado de 13 ans qui a vécu des épreuves presque pires que les siennes. Sans oublier l’expérience en séduction qui semble être la sienne et qu’il a l’air d’exercer sur des individus d’âge aléatoire tout naturellement… Ce point au départ positif que sont les personnalités retombe donc comme un soufflé sous le coup d’un seul nombre.

La construction d’un duo en parallèle de révélations pas si choc

Concernant l’intrigue, le rapprochement des personnages, outre un aspect romantique tenant encore une fois un peu trop du conte de fées ou du Harlequin (on imagine qu’il s’agit de séduire le lectorat visé et son cœur de midinette), est un point intéressant du livre. Tout les oppose et pourtant Day et June sont plus semblables qu’ils ne le croient. Leurs quêtes, leurs souffrances, leurs doutes sont confrontés à des révélations aussi bien que de nouvelles questions et les font avancer. L’aspect romance, bien que très naïf, n’est pas trop présent et ne gêne pas le reste de l’intrigue.

Les révélations sont très faciles à anticiper, les personnages étant pris d’intuitions subites pas forcément au moment le plus opportun ou faisant des découvertes dont la description amène le lecteur à comprendre directement de quoi il retourne, alors que les jeunes protagonistes se creusent encore la cervelle. Mais les impacts sur Day, June et leur entourage est intéressant à suivre et la lecture reste agréable.

Ce premier volume de Legend est donc un peu frustrant : une écriture pas trop mal, tout comme les personnages, l’univers et l’intrigue. Mais… trop de « mais », justement, sur chacun de ces points. Une lecture rapide qui donne tout de même envie de savoir où l’auteure veut aller, mais sans passion.