Les Eveilleurs t.2 (Pauline Alphen)

Les Eveilleurs t.2 (Pauline Alphen)

Les Eveilleurs

2. Ailleurs

Auteur : Pauline Alphen
Editeur : Hachette
Date de parution : 11/210
Pages : 335
Prix : 14,20€

Le tournoi des Mille Chemins a bouleversé définitivement la vie du village de Salicande. Plusieurs personnes ont perdu la vie, d’autres ont simplement disparu de la surface de la Terre. Tandis que les adultes apprennent à vivre avec ces nouvelles douleurs et tentent de comprendre ce qui se déroulent, Jad et Claris, séparément, cherchent leurs réponses et le moyen d’avancer, quitte à prendre des chemins pour le moins étranges.

Rêve ou réalité ? Un voyage bien étonnant dans l’Ailleurs

Ce volume des Eveilleurs est bien plus fantastique et onirique que son prédécesseur. L’intrigue progresse peu, en tout cas pas par l’action qui se fait rare. Beaucoup d’informations sont néanmoins données mais le puzzle ne prend pas encore forme. Cet aspect du récit est parfois très poussé au point de ne pas être très clair, comme auprès de Jad. La théorie avancée pour expliquer la situation du garçon demande une certaine gym de l’esprit pour accepter le mysticisme et pourrait en laisser plus d’un sceptique.
Du côté de Claris en revanche, le lecteur trouve quelque chose de très beau et d’un calme communicatif. Le choc subie par la jeune fille et l’intervention des vifs qui ne la quittent pas l’emmènent vivre une expérience unique et exotique, mais qui apporte, elle, moins de réponse que le reste de l’intrigue.

Un message très présent, pour sensibiliser les plus jeunes

Le discours écologique et harmonie avec la nature est encore plus développé dans Ailleurs que dans Salicande. Cela se traduit au travers de ce que vivent les jumeaux mais aussi auprès des adultes, qui partagent plus ouvertement des informations sur les Temps d’Avant et la catastrophe qui a mené à l’univers tel qu’ils le connaissent. En apprendre plus sur l’univers est fort agréable. Le propos et sa forme, un peu naïfs et parfois un peu grossiers, semblent une bonne approche pour sensibiliser les enfants aux dérives de notre société moderne ; les adultes, eux, devraient y être moins sensibles car déjà bien conscients (a priori) de tout ce qui est dit.
Ceci dit, les images restent belles et la fantasy imprègne les théories développées au fil des pages. Et les Éveilleurs continuent d’enchanter à condition de se laisser porter par les mots et de ne pas chercher à tout comprendre ou tout s’approprier.

Douceur et délicatesse au service de héros en plein changement

Retrouver l’écriture de Pauline Alphen est un plaisir. L’auteure offre toujours un univers unique entre fantasy et science-fiction, un texte dont le rythme hypnotise et berce, des images pleines de couleurs et de sensations. Le roman se lit vite, sans obstacle si ce n’est celle de la difficulté à accepter et intégrer la totalité des théories fantastiques et écologique. Ailleurs reste une bouffée d’air frais dans la production jeunesse actuelle.
Les héros évoluent joliment. Les voir gérer le deuil, enfants comme adultes, est touchant. Les uns grandissent, les autres se cherchent, certains agissent et enquêtent. Le tome propulse entre des univers extrêmement différents, entre l’environnement rassurant et connu de Salicande et des espaces presque impossibles à décrire et à situer. Les liens se resserrent suite à la catastrophe qui les lie, comme une nécessité devant les aventures encore à venir.

Le deuxième tome des Éveilleurs a sa personnalité propre. Plus lent pour laisser le temps aux protagonistes de grandir, guérir ou agir, il entraîne de plein pied dans un univers fantastique dont les explications peuvent dérouter et perdre parfois le lecteur. Un parti pris risqué, mais Pauline Alphen s’en tire grâce notamment à la grâce de sa plume et la curiosité est heureusement encore là pour le troisième opus.

Les Eveilleurs 2, une lecture commune avec Cachou.