Archives

Étonnants Voyageurs 2011

Parfois on se sent en phase avec l’identité de certains festivals. Participer aux Etonnants Voyageurs cette année aura demandé beaucoup de débrouille, de bons copains et une résistance à la fatigue. Trois trains, trois covoiturages, deux nuits de squat chez un ami, deux visites chez un autre, trois villes différentes pour moins de deux jours de festival… Que ne fait-on pas lorsque la motivation nous porte ? Merci à tous ceux qui ont rendu ça possible !

Passons tout de suite les points négatifs pour vite parler du reste. Ce festival reste vraiment trop cher et prive tout un public de rencontres fort enrichissantes, public qui n’a pas 10€ à mettre dans l’entrée d’un lieu où ils vont… aller dépenser encore (ou pas, en fait, puisque l’entrée les prend déjà à la gorge).
Fan d’imaginaire ensuite, je trouve que ce courant littéraire ne s’intègre pas au mieux au reste du festival. Certes, des efforts ont été faits avec la création cette année de La Maison de l’imaginaire, mais n’est-ce pas une manière de séparer encore plus l’imaginaire du reste de la littérature ? Développement à double tranchant. Hop, la suite.

Le soleil n’était pas dans le ciel mais il était dans les cœurs (whoooo, c’est beauuu). En effet, l’ambiance générale est plutôt bonne, les auteurs et libraires ou éditeurs accueillants. Les découvertes sont nombreuses à faire du fait de la diversité de ce festival et de la disponibilité des écrivains. La foule était au rendez-vous samedi et dimanche (je ne saurais témoigner pour lundi), la plage, sous la pluie, n’aura pas détourné l’attention des visiteurs cette fois-ci. La ville de St Malo est toujours aussi accueillante, le cadre rêvé pour un festival, même avec une telle météo.


Mais revenons aux invités.
Brandon Sanderson n’en finit plus avec l’Europe, plus de deux semaines de tournée et ça commence à se voir. Malgré la fatigue, il reste néanmoins toujours charmant et disponible. Espérons qu’il ait trouvé depuis le temps de récupérer un peu.
Autre international que j’ai déjà croisé il y a quelques mois : Ian McDonald, dont je n’ai pas lu le roman acheté alors (Le Fleuve des Dieux, qui en plus vient de remporter le GPI 2011) mais dont heureusement j’avais lu la nouvelle dans l’anthologie des Utopiales. J’achète Roi du matin, reine du jour pour offrir à mon père et papote un peu avec lui. Un sacré personnage cet auteur, à faire une petite danse lors de la remise des prix, rigoler dès que possible, tenter de faire tenir un crayon sur son front (oui, il est diablement optimiste pour tenter ça)… Et très gentil avec ça.
Autre phénomène : Jasper Fforde, à qui je fais dédicacer The Eyre Affair et qui tente de me vendre tous ses bouquins sortis en français. Un peu déstabilisant, surtout quand on préfère lire en anglais et qu’on a pas trop les moyens de dépenser. Du coup j’échange très peu avec lui, c’est dommage, mais une rencontre décalée à l’image de ses bouquins tout de même, ça console.

En me promenant, je découvre le stand Asgard/Lokomodo. Totale surprise ! J’en profite donc pour me présenter à Michel Borderie, illustrateur mais aussi forumeur actif sur Psychovision (que je fréquente aussi, z’aurez compris). Au même moment je rencontre Thomas John, l’auteur de La Cité Noire chez Asgard, qui m’avait contactée quelques jours auparavant par mail, heureuse coïncidence. Moment très sympathique avec eux deux, des discussions bien variées sur l’imaginaire, la lecture, la fantasy plus précisément et plein d’autres choses en lien plus ou moins direct. Je retourne les voir plusieurs fois dans le week-end (en leur amenant d’autres gens pour qu’ils plongent avec moi – et ça marche) et en profite pour parler aux autres personnes présentes, pour des discussions vraiment intéressantes.

Sur le stand de l’Atalante je crois également Pierre Bordage (ça commence à être un peu récurrent non ? Et si je vous dis que j’étais en dédicace avec lui ce samedi…), Vincent Gessler (que j’ai même réussi à croiser à Nantes au restaurant !) ; j’y vois également Jean-Claude Dunyach et découvre Joëlle Wintrebert et Laurent Genefort. Je n’ai pas parlé à ces derniers, mais leur gentillesse et l’intelligence de leurs propos m’ont vraiment donné envie de découvrir mieux leurs œuvres à l’avenir.

Juste en face, stand Critic, celui des joyeux lurons (comment les caractériser autrement quand ces messieurs se sont mis à chanter à tue tête à certains moments et n’ont cessé de blaguer tout le long du week end ?). J’y retrouve toute une bande avec vraiment beaucoup de plaisir : David S. Khara, Lionel Davoust, Thomas Geha, Eric Scala et les adorables Laurent Whale et Jean Millemann. Difficile de partager le plaisir que représente le partage de quelques discussions et délires avec des gens qu’on connaît et qu’on apprécie beaucoup. Il me tarde de découvrir le roman de Frédérick Rapilly, Le Chant des âmes, le dernier thriller paru aux éditions Critic. Tout comme le dernier Laurent Whale, Les étoiles s’en balancent. En ce qui concerne Sanshodo de Jean Millemann, il est déjà dévoré.

Je manque de craquer sur Worlds and Wonders, le livre d’Aleksi Briclot. Moi qui ne suis pas très artbooks, je trouve cet objet magnifique ; les dédicaces d’Aleksi sont également bien belles. (Mais il faut savoir être raisonnable.)
Pour le côté graphique du festival, je me rattrape en faisant enfin dédicacer un exemplaire de La Brigade Chimérique. Par Serge Lehman et Gess seulement, mais c’est déjà bien ! On ne dirait pas que j’habite la même ville que Gess et son éditeur pour réussir à les manquer tout le temps…
Première rencontre avec Pauline Alphen (Les Éveilleurs), avec qui nous parlons de Lyra Sullyvan puisqu’elle l’a rencontré à Bruxelles quelques mois auparavant. Nous parlons aussi un peu du salon, des divers genres littéraires (à bas les frontières) et de quelques autres choses. Pauline est quelqu’un de très doux et souriant, un vrai plaisir de passer quelques instants en sa compagnie

Deux rencontres m’ont particulièrement marquée ce week-end. La palme de la surprise insolite revient à Florent Chavouet. Encore un dont je ne connaissais pas la venue. J’ai lu Manabé Shima il y a peu et Florent est un peu une institution auprès des morues. Deux d’entre elles étaient d’ailleurs à sa dédicace la veille à Paris ! En passant dans les allées, mon oeil est d’un coup attiré par une affiche de Tokyo Sanpo. Et l’auteur était juste en dessous en train de dédicacer ! Je ne pouvais pas manquer une occasion de faire un salut de morue. Le pauvre commence à se sentir harcelé par la poiscaille, on va le laisser respirer avant la prochaine fois (but we’ll be back ! Hin hin).

Une découverte coup de cœur revient à Oisin McGann, auteur irlandais de romans jeunesses, dont la dernière série en France reçoit un accueil plus que positif (La Saga Wildenstern – Féroces (1), Voraces (2) – Mango). Je souhaitais aller le voir et deux amis étaient déjà en pleine discussion avec lui quand je suis arrivée. S’en est suivie une conversation fort sympathique avec un auteur drôle et charmant, venu avec toute sa famille (toujours sympa ça de faire profiter tout le monde de l’occasion ^^). Le petit plus de cet écrivain : faire des dédicaces dessinées sur une feuille format A3 ! Un régal de le voir exécuter ces dessins. Et comme en plus il s’agit de quelqu’un de généreux, j’ai pu en avoir une aussi ! Bon, les copains avaient acheté les bouquins, heureusement. Pour ma part, j’avais déjà prévu de le lire en anglais et morue Lalou me l’a envoyé quelques jours plus tard, donc je suis équipée. Cet espèce de western steampunk fantastique déjanté me plaît déjà rien que par son mélange insolite et la rencontre avec son auteur a confirmé cette envie lecture.

Bref, un excellent bilan de festival, un week-end avec tout ce qu’on aime : des retrouvailles, des surprises, des rencontres, des découvertes, sans oublier des blogueurs car j’ai pu croiser avec grand plaisir Marmotte et PetiteMarie. Et de la bouffe (non mais c’est vrai quoi…).


Vous aimez cet article ? N'hésitez pas à le partager.

    Reader Feedback

    7 Responses to “Étonnants Voyageurs 2011”

    1. Lorhkan says:

      Joli compte-rendu !

      Pour ma part, je n’ai découvert que peu de temps avant de quitter le festival que Florent Chavouet était là (enfin, je n’ai vu que son nom et ses ouvrages, car ses dédicaces étaient terminées)… J’aurais bien aimé faire dédicacer mon “Tokyo Sanpo”, ou bien acheté son “Manabé Shima”… Une autre fois peut être !

      • Lelf says:

        Oh oui il y a pas mal d’occasions de le croiser d’après ce que j’ai pu voir. Je te souhaite d’en avoir l’occasion, il est très sympa ^^

    2. Mmm yummy la glace ! Encore un chouette festival (raté pour moi…), merci de nous faire partager. Et il faut continuer le harcèlement Chavouet, il se souviendra de nous toute sa vie à ce rythme :D

      • Lelf says:

        Tu noteras qu’il faut aller chez Sanchez en plus de Timothy quand tu iras à St Malo (ça tombe bien, ils sont côte à côte). Quant à Florent, faudrait éviter qu’il nous déteste quand même, on ne pourrait plus l’approcher après xD

    3. Lhisbei says:

      Joli compte-rendu ! bravo de t’être accrochée pour y aller :)

      • Lelf says:

        Merci ^^
        Sans l’ami qui m’a arrangé les covoiturages et m’a soutenue la veille au soir quand j’ai su que je n’avais pas la voiture, je n’y aurais pas été. J’ai failli abandonner une fois ou deux ^^’

    4. [...] ages, including three hardcore and very chatty fantasy-sf fans, one of whom writes a blog entitled ‘Imaginelf’. Most of the people who bought my books were adults, and wanted them signed to themselves. As in [...]

    Leave a Reply

    *