Les Haut-Conteurs t.1 (Peru, Mc Spare)

Les Haut-conteurs t.1 (Peru, Mc Spare)

Les Haut-conteurs

1. La Voix des rois

Auteur : Oliver Peru, Patrick Mc Spare
Editeur : Scrinéo Jeunesse
Date de parution : 09/2010
Pages : 305
Prix : 14,90€

En l’an 1190 au Royaume d’Angleterre. Roland est un fils d’aubergiste de treize ans qui prendra la succession de son père lorsque le temps viendra. C’est sans compter sur sa rencontre avec une de ses idoles : un Haut-Conteur de passage dans son village, qui va briser l’ennui et la monotonie de sa vie. Mais les secrets qui lui sont révélés et les mystères qu’il affronte peuvent s’avérer bien dangereux, et même fatals, car côtoyer des Haut-Conteurs n’est pas de tout repos. La vie de Roland ne sera plus jamais la même.

Récit dynamique, cadre moyenâgeux et personnages sympathiques

L’intrigue démarre sur des chapeaux de roue dans ce premier tome, le lecteur est tout de suite immergé dans cette Angleterre du XIIè siècle auprès de Roland, garçon attachant qui rêve d’un peu d’aventure et d’un destin différent de celui qui se profile. Et voilà les Haut-Conteurs qui débarquent, avec leur présence, leurs mystères. Ce choix de héros est des plus intéressants, les érudits se servant de leurs connaissances et de leurs talents de conteurs pour affronter les dangers, tout autant que de leur courage et de leur agilité. En plus du personnage de Roland, Oliver Peru et Patrick Mc Spare offrent une belle brochette de personnalités, féminine et masculines, construites sur des passés fouillés et secrets qui les rendent bien consistantes et charismatiques.
Le Moyen-Âge fournit un cadre plaisant pour ce genre d’aventure, où le voyage se fait à pied, où la superstition est reine et peut cacher des vérités. Le premier tome des Haut-Conteurs se déroule dans des paysages familiers de Roland, l’amenant parfois à redécouvrir des environs méconnus. Des perspectives de voyages se profilent néanmoins et promettent des changements de décor à venir, qui attisent la curiosité.

Ordre mystérieux et quête ancienne créent le suspense

Mais que seraient des héros sans mystères et sans quête ? Dans La Voix des rois, Roland vit déjà bien des aventures et franchit à la fin une étape importante de sa nouvelle vie. Aux dangers du présent s’ajoute une énigme ancienne, que les Haut-Conteurs tentent de résoudre. Celle-ci constitue une trame de fond qui tient en haleine et se répercutera dans les volumes suivants de la série. Certains éléments sont révélés, d’autre aperçus, et le lecteur captivé envisage d’ores et déjà d’acquérir les futurs tomes pour y trouver les réponses tant convoitées.
A cette étrange quête s’ajoute la découverte progressive de l’ordre des Haut-Conteurs, son histoire, ses membres, ses ennemis. Nombreuses sont les ombres qui planent sur la tête de Roland et il va falloir être de taille à les comprendre ou les affronter si le jeune homme veut donner vie à son rêve et ne pas perdre la sienne. L’aventure transforme le garçon et on suit avec intérêt son passage d’une enfance banale vers un âge plus mûr dominé par la fièvre de l’aventure.

Une immersion aisée grâce au style d’écriture et à la densité de l’oeuvre

L’univers créé par les auteurs est riche. Les créatures qui apparaissent au fil des pages sont déjà connues du public, appartenant à divers folklores, et s’intègrent bien au récit. Le ton est très sombre, à l’image de ces menaces fantastiques et effrayantes, renforcé par la plupart des illustrations qui ponctuent le texte. La noirceur n’empêche pas un humour très sympathique et un jeu de personnages entre tendresse, exaltation de l’aventure, moqueries et émerveillement. Les contrastes sont très bien gérés, scènes de nuit ou de jour, scènes légères et dramatiques, moments d’enfance et temps d’un courage adulte. Le style des auteurs est fluide et captive bien l’attention. Certaines tournures rappellent fortement qu’il s’agit d’un roman jeunesse, appuyant sur certains points de façon inutile pour les plus grands ; mais même si ces passages (plus nombreux au début que par la suite) se remarquent, ils ne gâchent en rien la belle écriture et la plongée dans l’intrigue.

Les Haut-Conteurs est une série jeunesse à fort capital sympathie. Pleine de bonne humeur et sombre à la fois, captivante avec son action immédiate et ses mystères en trame de fond, elle sait conquérir le lecteur, qui retrouvera avec grand plaisir Roland et ses compagnons dans le second opus.