Milady de Winter t.1 (Agnès Maupré)

[livre image= »http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2011/01/milady-de-winter-maupre.jpg » titre= »Milady de Winter t.1″ soustitre= » » scenario= »Agnès Maupré » dessin= »Agnès Maupré » couleurs= » » editeur= »Ankama » dl= »10/2010″ pages= »134″ prix= »14,90€ » note= »8″/]

Une silhouette pendue à une branche revient soudainement à la vie. La jeune femme, meurtrie dans sa chair et son honneur, dans sa vie même, jure de prendre sa revanche sur l’époux qui l’a condamnée à cause de la fleur de lys tatouée sur son épaule, marque d’infamie ; et de reprendre en main l’existence dont elle a bien failli être privée. La voilà partie vers son destin, future épouse de Winter, alias Milady.

Une plongée dans les Trois Mousquetaires, vue par les femmes

Quel plaisir de retrouver dans cette bande dessinée les personnages et l’esprit des Trois Mousquetaires de Dumas. Dans ce volume se croisent bien entendu Constance, la Reine, le Duc de Buckigham, D’Artagnan et ses compères, le Cardinal… aucun ne manque à l’appel. La trame générale de l’histoire est bien reprise par Agnès de Maupré, moyennant certaines libertés plutôt intéressantes. Milady de Winter n’est pas une adaptation à proprement parler, puisqu’elle se concentre sur les zones d’ombre d’un personnage énigmatique et qu’Agnès de Maupré choisit d’interpréter certains rebondissements. Ceci dit, l’ambiance cape et d’épées avec son lot de mensonges, trahisons, espionnages et duels est très bien rendue dans la bande dessinée.
Dans Milady de Winter, les hommes n’ont pas vraiment le beau rôle, obsédés, manipulateurs ou encore violents. Place aux femmes, dans leurs forces et leurs faiblesses, qui s’avèrent parfois les égales des sinistres individus qu’elles côtoient.

Milady, personnage attachant et fort, bien apprivoisé par l’auteure

Mais le point central est Milady, personnalité à laquelle Agnès de Maupré donne un éclairage extrêmement intéressant et soigné. Alternativement victime et bourreau, forte et fragile, Milady est une femme complexe. Elle tente de garder le contrôle sur une vie qui l’a marquée dès son plus jeune âge, mais ne cesse de se trouver trahie, blessée, abusée. Alors que le lecteur a plus l’habitude de la voir comme un personnage froid et manipulateur, l’auteure tente de découvrir comment une aussi belle et jeune femme est devenue l’espionne sans coeur. Et c’est une Milady attachante et facile à comprendre, bien plus humaine, qui est mise à nue au fil des pages. Une femme capable d’aimer mais qui souffre également et ne trouve qu’une grande solitude en écho à sa douleur. Essayant à plusieurs reprises de s’en sortir, le sort s’acharne malheureusement contre elle, pour la pousser inexorablement vers son destin.

Un récit joliment mis en scène sur les plans graphique et écrit

La narration est très bien choisie pour ce type d’oeuvre. Le texte est savoureux, les héros parlant parfois seuls pour exprimer leurs états d’âmes et leur solitude, d’une manière théâtrale. L’approche est plaisante et accompagnée par un graphisme fin et dynamique, qui n’est pas sans rappeler le trait de Sfar. Riche en mouvements, souple, il s’avère parfait pour renforcer l’expressivité de l’ensemble. La beauté est renforcée par un choix de cadrages judicieux, associé souvent à de grandes cases lorsqu’Agnès de Maupré souhaite que s’exprime toute l’émotion du dessin, qui réside paradoxalement parfois dans un détail, comme un regard. Le gris, omniprésent et doux, permet à la fois de profiter du moindre détail et de ne laisser en avant que l’essentiel.

Agnès de Maupré réalise avec Milady de Winter une excellente BD, s’appropriant ce personnage avec beaucoup d’affection, le mettant en scène avec grâce et grandeur. De quoi redécouvrir cette femme fascinante et complexe, qui a eu bien peu de chances dans sa vie. La seconde partie devrait s’avérer bien dure, pour Milady elle-même comme pour ceux qui croiseront son chemin.