Plaguers (Jeanne-A Debats)

Plaguers (Jeanne-A Debats)

Plaguers

Auteur : Jeanne-A Debats
Editeur : L'Atalante
Date de parution : 10/2010
Pages : 334
Prix : 18€ / 6,99€ ebook

Comme d’autres jeunes, Quentin est un Plaguer : à l’adolescence sa plaie s’est révélée de façon… humide, le jeune homme crée des sources d’eau fraîche à longueur de temps !
Dans ce futur proche où la pollution atteint des sommets, il ne fait pas bon être différent. Quentin est donc placé, en même temps qu’Illya, dans la Réserve, sorte de camp réservé à leurs semblables. Ensemble, ils vont devoir s’adapter à un nouveau mode de vie.

Un roman en lieu clos

Plaguers entraîne dans la Réserve, lieu quelque peu irréel, hors du temps et pourtant ancré dans des préoccupations quotidiennes auxquelles le lecteur peut facilement s’identifier.
Jeanne-A Debats construit un cocon, un huis clos, une société où d’autres règles ont cours, où l’existence est rythmée par la formidable et parfois douloureuse condition de Plaguer. Les héros évoluent dans un univers harmonieux et protégé, pourtant loin d’être coupé de la société.

Les liens entre les deux mondes sont là, n’apparaissant pas forcément au premier coup d’œil mais se tissant et se renforçant au fil du récit. Le peu de vision sur l’extérieur de la réserve suffit à comprendre le contexte, alimenté par les souvenirs de Quentin et l’Illya.
Et cette société close formée par des personnages qui apprennent à vivre avec un don (ou une malédiction selon le point de vue), permet de mieux comprendre l’ensemble de l’Humanité.

Des personnages beaux et touchants

Les personnages sont très touchants. Adolescents tâchant de vivre avec leurs plaies (dans tous les sens du terme), ils luttent pour trouver un équilibre de vie et affirmer leur identité – physique, morale, sexuelle, sociale – mais également pour développer un contrôle sur eux-mêmes, leurs sentiments ou leurs capacités uniques.

Quentin est un excellent narrateur pour ce récit, il apparaît comme un garçon relativement calme, apte à s’adapter, un peu benêt parfois, mais serviable et fidèle. Illya est un personnage difficile, torturé, perdu, qui oscille entre l’antipathie et une vulnérabilité poignante, certains lecteurs ne sauront s’il faut l’aimer ou la détester jusqu’au bout (d’autres feront leur choix).
Les amis de ces deux là sont de magnifiques personnages également, drôles parfois, émouvants chacun à leur manière, d’une fraîcheur et une franchise incroyable. Et tous d’une grande profondeur d’âme.

Si les adolescents sont déjà beaux et fascinants, ceux qui vivent à leurs côté le sont d’autant plus. Majestueux, mystérieux, ils dévoilent au fur et à mesure du récit leurs origines, leurs transformations, leur manière de vivre l’humanité particulière qui les caractérise.
Quels personnages vrais, beaux et extraordinaires, offre Jeanne-A Debats dans ce roman !

Simplicité, douceur, puissance et émotion

L’univers de ce livre, doux et rude à la fois, clos et ouvert, quotidien et extraordinaire, est envoûtant. Le style de Jeanne-A Debats est fluide, entraînant et simple à la fois. L’auteure prend le lecteur par la main pour lui montrer le chemin qui se déroule sous ses yeux dans une logique implacable, mais le laisse seul face à son ressenti. Et quel ressenti ! C’est un torrent d’émotions qui se déverse au fil des pages, doux et violent à la fois, bouleversant. Il y a de la magie dans l’air, une alchimie redoutable qui capture et laisse l’esprit à la merci de multiples sensations.

Plaguers est une œuvre harmonieuse, poétique, forte. Point de retournements de situation ou de grande action, les rouages s’enclenchent avec naturel et facilité dès la première page pour amener vers une fin qu’il est possible de deviner, mais qui ne perd rien de sa puissance. Le parcours est aussi naïf et cette naïveté est belle, ne faisant que contribuer à la sincérité de l’ouvrage.
Plaguers est une vague qui naît dès les premiers mots puis enfle, gronde, roule vers la falaise contre laquelle elle ne s’écrase qu’en dernière page, laissant le lecteur secoué.

Une lecture bouleversante, incontournable

Ce roman est un véritable OLNI (Objet Littéraire Non Identifié). Simple, beau, à l’image de ses personnages, il prend aux tripes et bouleverse le lecteur.
Plaguers c’est une aventure humaine, une aventure de l’Humanité même, un beau voyage. C’est aussi une évidence. Il n’est pas aisé de savoir si tous les lecteurs se sentiront concernés par ces questionnements identitaires personnels et sociaux, mais ceux qui le seront ne regretteront pas le voyage.
Merci Jeanne-A Debats pour cette merveille, se replonger dans ses sensations pour écrire cette chronique fait ressurgir ce tourbillon ressenti à la lecture. Autant dire que ça n’arrive pas tous les jours et qu’il serait dommage de passer à côté de ce récit simple, vrai, bouleversant. Un coup de cœur qui se passerait presque de commentaires.

Critiques et infos sur Babelio.com

Une réflexion au sujet de « Plaguers (Jeanne-A Debats) »

  1. Ping : Plaguers – Jeanne-A Debats | Bulle de Livre

Les commentaires sont fermés.