Avaleur de Mondes (Walter Jon Williams)

[livre image= »http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2010/10/avaleur-de-mondes.jpg » titre= »Avaleur de Mondes » soustitre= »VO : Implied Spaces » auteur= »Walter Jon Williams » editeur= »L’Atalante » dl= »2009″ pages= »409″ prix= » » note= »7″/]

Dans cet univers quasi utopique, les humains sont en paix depuis plus de 1500 ans. Ils ne craignent plus la mort grâce a un astucieux système de sauvegarde informatique permettant de les réincarner. Leur civilisation vie désormais dans des « univers de poches » tous plus différents les uns des autres. Et si cela est possible, c’est grâce aux onze intelligences artificielles qui ont permis d’incroyables avancés technologiques et qui gèrent tout ce système.
C’est sur Midgarth, un monde respectant les règles d’un univers de type fantasy qu’Aristide va rencontrer des prêtres étranges qui sont au service du Vengeur. Ce Vengeur qui serait une menace pour l’humanité entière, mais pour quelle raison ? que veut-il ? qui se cache derrière ce nom ? Aristide va devoir partir en quête de réponses…

un mélange de genres parfaitement maitrisé

Une histoire bien construite, qui mêle allègrement conspiration politique avec aventure, guerre ou encore espionnage. Ce roman se lit avec une grande fluidité, pas vraiment de temps morts, même si l’on peut lui reprocher a posteriori un léger déséquilibre interne, avec une première partie de découverte des protagonistes un peu longue. Walter Jon Williams a un don pour mélanger/distiller des éléments de genre très variés dans un roman qui est somme toute assez court, sans pour autant que ce soit gratuit. Rien n’est superflu, tout parait naturel.
L’auteur démontre aussi tout son talent pour installer et exploiter des mondes très différents les uns des autres en quelques pages et ce sans perdre le lecteur en chemin.

des personnages efficaces, mais un peu simples

Pour ce qui est des personnages, nous en faisons relativement vite le tour. Ils ne sont pas extrêmement fouillés ici, on aurait pu espérer apprendre beaucoup plus de choses sur leur histoire, surtout quand on sait que le héros principal aurait plus de 1500 ans… De même Walter Jon Williams n’exploite pas suffisamment leur « vécu ». Mais d’un autre côté ce n’est pas vraiment l’objectif de ce roman, en savoir plus n’aurait qu’un intérêt : satisfaire la curiosité du lecteur. L’individu n’est pas au premier plan, les personnages ont tous un rôle qui en font les représentants d’une partie de l’humanité, des pivots de leur société (scientifiques, politiques…), qui servent une organisation à plus grande échelle ainsi que les objectifs de l’auteur, qui provoque la réflexion chez son lecteur.

un questionnement philosophique de fond très intéressant

Sur le fond ce roman est extrêmement intéressant de part les thèmes abordés. Tout d’abord une question sur l’identité, sur ce qui fait de l’Homme quelqu’un est abordée au travers de la possibilité de pouvoir se sauvegarder dans une machine, de se réincarner à volonté (ou presque) et d’approcher une quasi-immortalité.
Et puis un questionnement sur ce qui différencie l’homme des machines, a-t-on tous les droits sur ce que nous créons ? Ces sujets, même si ils ne sont pas sans rappeler le travail d’autres auteurs, notamment le grand Asimov (ce qui est complètement assumé), sont bien traités et touchent au but : ils font réfléchir le lecteur.

une lecture aussi divertissante qu’enrichissante

Au final Avaleur de Mondes est une lecture qui est aussi divertissante qu’enrichissante, même si elle n’est pas exempte de menus défauts. Walter Jon Williams est définitivement un écrivain touche à tout, très intéressant à lire et découvrir. Un vrai plaisir !