Artères souterraines (Warren Ellis)

Artères Souterraines (Warren Ellis)

Artères Souterraines

VO : Crooked Little Vein
Auteur : Warren Ellis
Editeur : Au Diable Vauvert
Date de parution : 2010
Pages : 296
Prix : 18€

Bienvenue dans le monde de Michael McGill, un détective privé vivant dans un trou à rats de Manhattan. Sa spécialité ? Aimant à merde (oui, oui), il attire les ennuis à une vitesse folle. Un jour, il est engagé contre un demi-million de dollars pour retrouver une seconde version de la constitution américaine qui serait écrite à l’encre alien dans un livre. Ce qui l’enverra côtoyer le pire de la culture américaine.

du trash sur un fond très pertinent

Avec Warren Ellis il ne faut pas s’attendre à une histoire faisant dans la dentelle, et en effet on est servi. Si vous voulez de la décadence, de l’irrévérencieux, du grossier, du sale, du sexe, de l’incisif, du trash… vous avez frappé à la bonne porte ! L’auteur use et abuse de son imagination débordante pour créer des situations improbables, le tout pour pousser la curiosité et amener à s’interroger sur l’évolution de la société, ainsi que sur la pertinence de ce que l’on appelle culture mainstream vs. underground.

un livre qui soulève des sourires… sadiques

Le récit avance à toute allure du début à la fin, pas le temps de s’ennuyer, difficile de le lâcher. L’auteur a su se limiter au strict nécessaire sans surcharger le lecteur de trash inutile. Au final, il en ressort un bon moment de lecture, c’est un livre qui donne le sourire et fait même rire ouvertement par moments (pour peu qu’on aime l’humour noir). Et même si la trame principale n’est pas exceptionnelle de par sa linéarité, cela ne gène en rien. En effet, on ne cherche pas en permanence à savoir qui possède le livre ni comment McGill va le récupérer, mais on se demande plutôt dans quelle merde il va tomber après être sorti de celle où il nage avec difficulté. Et soyez-en sûr, une autre merde il y aura, et pire elle sera !

de l’excellent Warren Ellis

Warren Ellis réussit avec ce roman un beau tour de passe-passe. Il fait dans le trash et l’irrévérencieux sans aller jusqu’à lasser le lecteur, tout en posant des questions intéressantes sur la société et l’individu. Bref, il fait dans l’intelligent et permet par dessus le marché de passer un excellent moment. Que demander de plus ? Peut-être qu’il reprenne la plume à l’avenir pour un autre roman, car il n’y a de toute évidence pas que le comics qui lui réussit.