L’Enfant tombé des étoiles (Robert Heinlein)

L'Enfant tombé des étoiles

Auteur : Robert Heinlein
Couverture : Manchu
Editeur : Le Livre de Poche
Date de parution : 05/2010
Pages : 346
Prix : 6,95€

Comme ses ancêtres avant lui, John Thomas Stuart, onzième du nom, prend soin de Lummox, extraterrestre rapporté lors d’un voyage interstellaire. Oui mais voilà, Lummox est grand, très grand. Alors quand il s’échappe du jardin, c’est pour semer la panique en ville. S’ensuit alors un procès, qui pourrait bien coûter cher au jeune garçon et à son protégé. A moins que l’intervention du ministère des Affaires Spatiales soit en leur faveur…

De superbes personnages

Lire Heinlein c’est, semble-t-il, toujours s’exposer à un excellent moment de lecture. L’aventure est encore une fois riche en rebondissements, portée par des personnages fortement sympathiques. Lummox, la star du livre, est un imposant extraterrestre qui se comporte comme un enfant, ne distinguant pas le bien du mal sauf si John Thomas le lui enseigne. Cette grosse bête est d’entrée de jeu attachante, grâce à une focalisation interne qui permet d’entrer dans la tête de l’alien. Le lecteur en ferait bien son compagnon personnel. Sa stature vaut à Lummox et son propriétaire bien des tracas, mais ils sont heureusement soutenus par Betty, l’amie de John Thomas. Heinlein ne se moque pas de ses héros et leur donne à tous le beau rôle. John Thomas est un jeune homme timide dévoué à son ami extraterrestre, très attachant. Betty est, elle, une figure de femme forte et indépendante, celle qui trouve toujours les solutions et mène les discussions. Un point extrêmement intéressant à souligner, pour un roman publié en 1954. Le vice-ministre Kiku est sujet aux maux d’estomac et orchestre d’une main de maître toutes les réclamations où sont impliqués de près ou de loin des étrangers de l’espace ; il fait également preuve d’une intelligence redoutable, associée à une pointe d’humour bien sentie. Son acolyte, le délégué Greenberg, ne manque également pas de charisme, d’esprit et de compétences.

Une aventure trépidante

Tout ce petit monde se croise et se recroise, autour de Lummox, qui lui ne demande qu’à manger et vivre tranquille avec son John Thomas. Le rythme de l’aventure est endiablé, les pauvres amis n’ayant aucun répit, la survie et la liberté de l’attachante bestiole étant en jeu. Le roman se dévore de la première à la dernière ligne, sans temps mort, alternant parfois entre le ministère et la petite ville de campagne où a élu domicile Lummox, pour mieux amener des péripéties toujours plus nombreuses. Un conseil cependant : lecteur, évite de lire le quatrième de couverture qui te raconte l’histoire. Car même si certains événements peuvent être facilement anticipés, il y a plus de plaisir à se dire qu’on les a découverts soi même que parce que le résumé l’a dit. Cette facilité à percevoir à l’avance les péripéties ne gâche en rien la lecture, car le plaisir se situe surtout dans l’ambiance créée par Heinlein et les dialogues savoureux entre personnages colorés.

Style, humour et profondeur

L’univers de L’Enfant tombé des étoiles est très riche. Heinlein imagine une Terre future où les explorations stellaires ont déjà permis de créer de nombreux liens diplomatiques entre les espèces, comme les Rargylliens, ces extraterrestres à tête de Méduse qui négocient pour le compte d’autres peuples. Sous cette science-fiction, l’auteur se permet d’évoquer les différences entre sociétés et le regard de l’autre face à l’étranger, ainsi que les préjugés qui semblent inévitables au premier contact avec des inconnus. De nombreuses valeurs sont ainsi défendues, parmi elles la tolérance et l’amitié. Le roman aborde discrètement de nombreux thèmes, en étant réalisé de façon à éviter d’imposer une morale, laissant la part belle à l’aventure et aux personnages.
Comme à son habitude, Heinlein fait preuve d’un humour fin, créant des dialogues et situations loufoques, sans oublier de construire son récit de bout en bout. L’écriture est un délice, les phrases coulent les unes après les autres, dans ce style toujours décalé et poétique. Le lecteur plonge dans les réflexions des différents personnages, ce qui l’en rapproche d’autant plus. Il en résulte une œuvre équilibrée et tout simplement passionnante qui, bien que faisant partie des productions jeunesse de l’auteur, saura plaire à un très large public.

L’Enfant tombé des étoiles est une pépite de littérature SF, qui plaira à tous les lecteurs, même ceux n’ayant aucune affinité a priori avec ce genre. Il serait dommage de passer à côté de ce moment de tendresse et de bonne humeur.

D’autres avis : Guillaume44, Cachou, Iluze