La Communauté du Sud t.1 (Charlaine Harris)

La Communauté du Sud t.1 (Charlaine Harris)

La Communauté du Sud

1. Quand le danger rôde

Auteur : Charlaine Harris
Editeur : J'ai Lu
Date de parution : 10/2009
Pages : 315
Prix : 8,90€

Depuis quelques années, les vampires vivent au su et à la vue de tous, grâce à la commercialisation d’un sang de synthèse qui leur permet d’éviter de tuer. Serveuse à Bon Temps, en Louisiane, et télépathe de naissance, Sookie Stackhouse voit arriver sa première créature de la nuit avec excitation. Bill, tel est son nom, bouleverse la vie de la jeune fille, tandis que dans la petite ville, plusieurs meurtres sont commis.

Un style naïf et simple

Mieux vaut être averti de la personnalité de cette oeuvre avant de l’entamer, sous peine d’être quelque peu surpris et de voir une réaction de rejet apparaître. En effet, La Communauté du Sud (adaptée à la télévision sous le titre de True Blood) est loin d’être une bit-lit très sérieuse, comme en atteste le côté « je suis blonde à forte poitrine, super naïve et j’assume » de Sookie, narratrice de ce roman écrit à la première personne. Une fois avisé, ce style simpliste peut prêter à sourire (voire rire…). Et l’aventure commence.

Une enquête parfois délaissée

Meurtres, sexe, romance et même rock n’ roll à l’occasion, True Blood est la recette du bon divertissement. Ce qu’il est. Bien que les questions amoureuses (et existentielles, sans aucun doute) de Sookie et Bill finissent par ennuyer quelque peu, ce premier opus se laisse bien lire.
Certes, il reste à noter encore la lenteur du scénario, l’intrigue policière passant souvent au second plan. Mais comment fait donc notre péronnelle pour continuer à ne penser qu’à l’amour de sa vie plutôt qu’à sauver ses fesses (moulées dans ses robes) face à un tueur qui pourrait a priori s’attaquer à n’importe qui ? Mais passons, peut être que seules les blondes américaines naïves à forte poitrine qui sortent avec des vampires peuvent comprendre. Même si elle passe souvent au second plan, cette intrigue fait peser un suspense bienvenu et fait preuve d’une cohérence appréciable, l’identité du tueur étant plutôt difficile à anticiper. Le fait que le roman se conclue sur la résolution de l’enquête tout en ouvrant sur un prochain est appréciable pour une série aussi longue, le lecteur pouvant décider sans trop de frustration s’il souhaite continuer.

Des personnages peu attachants mais parfois intéressants

Les personnages sont relativement sans consistance, les descriptions physiques sont loin d’être suffisantes pour les rendre attachants et le style naïf ne leur va pas à tous au teint. Bill perd toute férocité en faisant preuve d’un romantisme exacerbé (que voulez-vous, monsieur est d’une autre époque) et les petits noms d’amour qui volent entre les tourtereaux n’apportent pas vraiment de corps à leur relation, tout comme les possessifs employés par mademoiselle. Et ne parlons pas des ébats physiques, décrits aussi naïvement que le reste et qui laissent globalement de marbre. Mais au moins tout ce monde a-t-il pour lui d’être assez atypique (c’est le moins que l’on puisse dire). Quelques personnages secondaires ont quant à eux du mal à sortir de l’anonymat et risquent de glisser rapidement de l’esprit du lecteur.
Si les protagonistes en eux mêmes ne provoquent pas de sentiment particulier, les relations entre eux peuvent susciter un certain intérêt, notamment lorsqu’il s’agit des mystérieuses relations des vampires entre eux et avec les humains. La hiérarchie implicite se dessine légèrement et Charlaine Harris arrive à en dévoiler suffisamment pour donner envie de comprendre comment tout cela fonctionne dans le détail, ce que paraît promettre le tome 2. L’apparition d’Eric, vieux vampire, est notamment intrigante et devrait amener des rebondissements plaisants à défaut d’être captivants jusqu’à présent.

Un divertissement finalement assez plaisant

En dehors de ces considérations, il faut l’avouer, il est possible de prendre du plaisir à la lecture. Celle-ci ne mobilise pas trop les neurones, idéal pour se reposer entre deux œuvres plus exigeantes, et garde une certaine rigueur de bout en bout, permettant au lecteur de suivre une histoire avec un début et une fin. Relativement inconsistant mais agréable, voilà qui résume bien ce rapide moment en compagnie de Sookie, qui est à aborder en tant que tel et aurait pu devenir déplaisant avec plus de longueurs.

Je remercie Evy de m’avoir permis de découvrir cette série que j’aurais eu tendance à éviter naturellement, ce fut une expérience assez intéressante, même si elle ne se poursuivra sans doute pas. ^^

Dans le cadre de cette lecture commune, n’hésitez pas à aller voir les avis de : NadègeBelledenuit, Setsuka, Vozrozhdenyie, Auudrey, Endorphinage, tachas, Melcouettes, Louisemiches, lebonsai, Love-of-books, Lynnae, Leyla, Scor13, Fée Bourbonnaise, s.ecriture, Klemocius, Nymi, Mycoton,