Le Fils de la conteuse (Olivier Ka)

Le Fils de la conteuse (Olivier Ka)

Le Fils de la conteuse

Auteur : Olivier Ka
Editeur : Grasset Jeunesse
Date de parution : 03/2008
Pages : 258
Prix : 9,90€

Pablo a cinq ans quand il découvre sa vocation : plus tard, il sera clown. Fier de sa décision, il essayera, au fil des années, de faire coller la réalité à son souhait le plus cher. Les moments de doute et de remise en question sont nombreux, le parcours est difficile, d’autant plus que Pablo est le fils d’une conteuse reconnue.

Une belle dose d’émotion

Le fils de la conteuse est l’histoire du parcours du jeune garçon depuis la découverte de son rêve, jusqu’à son affirmation. Le lecteur peut ainsi le suivre de ses cinq ans à sa majorité, suivant les différentes étapes de son projet, de l’état de pur fantaisie jusqu’à certaines concrétisation par le théâtre, l’improvisation et des découvertes humaines. L’auteur s’attache particulièrement aux sentiments qui envahissent Pablo lorsqu’il se retrouve confronté à son rêve. Les moments d’euphories laissent souvent place aux angoisses, le rêve cède parfois devant les difficultés concrètes. Les émotions sont criantes de vérité, Olivier Ka pioche sans aucun doute dans son propre vécu, tant les descriptions font écho à celui du lecteur. Le style est simple, sans détour et s’adapte à l’âge du héros. Idéal pour la compréhension des plus jeunes.
Étant donné que Pablo est un enfant assez inquiet, l’histoire aurait pu se révéler très dure. Mais l’auteur sait jongler habilement avec les tensions et placer au bon endroit la situation qui provoque le rire. Aucune exagération, aucun mélodrame. Juste la vie.

Une figure maternelle omniprésente

Catinga est une conteuse renommée et les relations avec son fils sont parfois douloureuses. Leurs rapports affectifs déterminent souvent la manière dont Pablo appréhende son propre rêve. Cette figure imposante l’écrase, rend difficile l’expression de sa propre personnalité et provoque chez l’adolescent une envie de se démarquer de sa mère à tout prix. L’auteur illustre parfaitement la difficulté de communication qui peut exister entre une mère et son fils. Le lecteur adulte pourra voir et comprendre les deux points de vue, le lecteur adolescent pourra quant-à-lui se sentir compris. Ce lien maternel a un poids important dans le récit, Olivier Ka étant le fils de Gudule, écrivain reconnue (par un public adulte comme jeunesse).

Une lecture utile, surtout aux plus jeunes

Grâce à sa formidable capacité à décrire les sentiments humains, l’auteur permet au jeune lecteur de trouver un moyen d’expression de ses propres émotions, qui sont parfois difficiles à mettre en mot, d’autant plus lorsque les parents sont impliqués. Le fils de la conteuse s’adresse avant tout aux enfants, en leur permettant de mieux se comprendre eux mêmes. Mais les plus grands ne sont pas nécessairement laissés de côté, puisqu’il leur est permis de voir ou de se rappeler que l’enfance est parfois un chemin difficile.