Fablehaven T.1 (Brandon Mull)

Fablehaven t.1 (Brandon Mull)

Fablehaven t.1

Auteur : Bandon Mull
Editeur : Aladdin Paperbacks
Date de parution : 04/2007
Pages : 351
Prix : 7,99$

Seth, 11 ans, et Kendra, 13 ans, sont contraints de passer dix-sept jours chez leurs grands parents paternels, qui vivent dans une propriété isolée dans la campagne américaine. Alors qu’ils se préparent à s’ennuyer ferme, des mystères viennent éveiller leur curiosité et leur intérêt pour le lieu. C’est ainsi qu’ils vont découvrir que Stan Sorenson, leur grand-père, est le gardien d’un sanctuaire appelé Fablehaven et dans lequel évolue une myriade de créatures magiques, amicales aussi bien que dangereuses.

Un rythme bien dosé

Se plonger dans Fablehaven est chose facile tant Brandon Mull favorise le voyage par un style fluide et des enchaînements bien pensés. L’auteur réussit à capter très rapidement l’attention de son lecteur, en l’emmenant sur les lieux du sanctuaire. La mise en place est rapide, très vite les enfants sentent qu’un lourd secret imprègne le lieu et tentent chacun à leur manière de le percer à jour. Seth, enfant turbulent, prend un malin plaisir à briser les règles et à se fourrer dans les pires guêpiers. Kendra, plus observatrice et sage, suit la piste laissée par son grand-père et se contente des indices qui lui sont donnés. Une fois  Fablehaven dévoilé, les révélations viennent à petite dose, bien que les enfants souhaitent tout voir d’un seul coup. Mais Fablehaven est vaste et sa découverte nécessite un long parcours. Aucune frustration n’en découle pour le lecteur, car le rythme s’accélère de page en page. Aux bons côtés et aux gentilles créatures succèdent des instants plus noirs et des dangers inévitables, conduisant à une montée de la tension dramatique jusqu’à l’apothéose finale, véritable combat entre le bien et le mal. Le point final laisse en suspens bon nombre de questions qui ne manqueront pas d’être soulevées dans les prochains tomes.

Un émerveillement non édulcoré

L’univers créé par Brandon Mull est tout simplement fabuleux. Une palette impressionnante de créatures, de paysages et de couleurs se croisent sur les sols du refuge et interagissent avec les personnages. Loin d’une vision idyllique du lieu, il est vite prouvé que même les êtres les plus beaux et les plus gentils peuvent se révéler dangereux, par vanité ou par simple jeu. La moindre erreur peut avoir de graves conséquences, comme le découvrent les enfants,  en particulier Seth, lorsque les règles ne sont pas respectées. Chaque élément mis en place par l’auteur a son utilité, immédiate ou encore à venir et tout en dévoilant son sanctuaire magnifique, il n’oublie pas de signaler qu’un tel secret peut se révéler un fardeau par de nombreux aspects. Qu’à cela ne tienne, l’aventure est trop belle. Le lecteur n’a qu’une envie, quelque soit son âge : faire son sac et partir explorer ce monde merveilleux qui lui est offert et il en pardonnerait presque au jeune héros de provoquer tant de catastrophes, du moment qu’il lui est permis d’entrevoir encore un peu l’étendue de ces paysages magiques.

Des personnages attachants

Seth a déjà été évoqué. Il est parfois difficile de le supporter ; il semble ne rien retenir des dures leçons qui lui sont infligées et n’hésite pas à mettre en péril sa famille pour satisfaire sa curiosité. Néanmoins, il est un moteur important de la progression du récit et son ingéniosité est une aide précieuse. Kendra est douce et attentive mais se comporte en véritable grande sœur, faisant par moment des blagues à son idiot de frère. Elle fait d’importantes découvertes dont elle ne mesure pas nécessairement toute l’ampleur. Ces enfants ont des comportement très réalistes, en absolu et l’un envers l’autre, ce qui aide d’autant mieux à croire à cet univers.
Les grands-parents et leurs aides Dale et Lenna sont aussi attachants dans leurs forces comme leurs faiblesses. Les aventures sont source de changement pour les protagonistes, Stan se rendant compte qu’il n’est pas facile de gérer des enfants, Seth prenant conscience de son imprudence, Kendra se découvrant des forces cachées. Nul doute que tous ceux là en apprendront encore beaucoup sur Fablehaven et sur eux-mêmes dans les prochains épisodes. Car c’est aussi un point important du récit : la connaissance n’est pas acquise de manière définitive et même les grands-parents qui prennent soin du sanctuaire font de nouvelles trouvailles.

Une saga à suivre de près

Il serait facile de comparer Fablehaven à Harry Potter. Des héros enfants, confrontés à la magie et à des événements qui les dépassent, se retrouvent au cœur d’aventures extraordinaires. Et la série pourrait en être le signe successeur au vu de ce premier tome. Mais Fablehaven possède sa propre identité et sait s’imposer dans la cour des grands, grâce à son univers fabuleux et à l’excellent travail de Brandon Mull. Ce premier opus n’est pas exempt de défauts : par deux fois, un personnage parle un peu trop alors que la situation nécessite une action immédiate et le combat final, bien que violent, semble un peu rapide par rapport à la menace annoncée. Mais pas de quoi éclipser la beauté du reste et l’intérêt que ces pages provoquent chez le lecteur qui n’aura qu’une seule envie en refermant le livre : se procurer la suite pour retrouver le sanctuaire et ses secrets. Bien que destiné avant tout à un jeune public, les plus grands sauront retrouver leur âme d’enfant devant les merveilles de Fablehaven.

Cinq tomes composeront la totalité de la saga. Deux sont déjà publiés en France chez Nathan, le cinquième est sur le point de sortir aux Etats-Unis. N’hésitez pas à partager cette lecture, qui en vaut vraiment la peine. Un gros coup de cœur  pour cette série jeunesse !