Votre mort nous appartient (Antoine Lencou)

[livre image= »http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2010/01/votre_mort.jpg » titre= »Votre mort nous appartient » soustitre= » » anthologiste= » » auteur= »Antoine Lencou » couverture= »Fablyrr » editeur= »Griffe d’encre – Novellas » dl= »05/2009″ pages= »127″ prix= »9,50€ » note= »7″/]


En décalage par rapport à la société actuelle, Roïn Venkoo traîne sa déprime comme un fardeau. Depuis peu, il envisage d’en finir avec son quotidien sans surprise ; mais lorsqu’il pousse enfin la porte du bureau des suicides, il apprend que sa demande ne sera effective que dans plusieurs mois. Plus désespéré que jamais, il décide de passer outre la justice en se jetant dans le vide… avant de se réveiller en parfaite santé. La Loi n’a pas autorisé sa mort et doit le punir pour son geste irréfléchi.


Drôle de drame

Le quatrième de couverture – bien pensé – donne le ton. Faut-il rire ou avoir peur de la situation décrite ? Refuser à le suicide à un homme en mal de vivre et le ressusciter lorsqu’il passe outre cette décision a de quoi paraître absurde. Le personnage principal, aucunement en accord avec son environnement, possède le côté ridicule de l’individu qui s’obstine à refuser de vivre avec son temps, comme aujourd’hui quelqu’un qui refuserait de se servir d’un téléphone portable ou d’internet. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, bien intégrés dans leur monde et pourtant loufoques chacun à leur façon.

Malgré ces cautions comiques, le propos est profond. Que penser d’une société qui contrôle tout au point de décider de la vie et de la mort de ses citoyens ? Et derrière ce système se cache celui de la mémoire virtuelle, du téléchargement et du stockage de l’âme des défunts, utilisable pour modifier celle de citoyens bien vivants, avec (?) leur accord. Limites et dérives potentielles d’un tel système, voici le cœur terrifiant de l’ouvrage.


1984 ? Le Travail du furet ?

La thématique de la société futuriste qui détient le pouvoir absolu (vie et mort, mémoire…) a déjà été traité sous de nombreux aspects. Impossible de ne pas penser à 1984 où les esprits sont si bien manipulés que les citoyens acceptent tout ce qui vient de leur leader. Le style et l’univers ont un petit côté Travail du furet (de Andrevon, lu il y a peu) avec notamment le principe du contrôle de la mort par les autorités compétentes. Ces comparaisons sont plutôt flatteuses et Antoine Lencou donne sa propre identité à la novella pour délivrer son triste message. Les arguments sont pertinents, le lecteur suit le parcours psychologique de Roïn, d’abord totalement réfractaire puis plus ouvert au raisonnement.


Une lecture agréable et utile

Un personnage principal égocentrique voire antipathique, des seconds rôles folkloriques sont les atouts indéniables de Votre mort nous appartient. Antoine Lencou utilise le sujet de l’utopie avec ses propres codes avec pour résultat une novella à la lecture fluide et prenante, jusqu’à la fin un peu attendue mais non sans saveur. S’ajoute à cela la réflexion incontournable sur les (potentielles) dérives de la société actuelle. Une pause quatre heure entre deux morceaux plus imposants ; amateurs de SF, n’hésitez pas.